Burkina Faso / Canada : Le fédéral paiera pour le rapatriement des corps

e75ba405279a8126da89c12f5553a7df

OTTAWA – Le gouvernement fédéral rapatriera «le plus rapidement possible» aux frais de l’État les dépouilles des victimes québécoises de l’attentat survenu, à Ouagadougou, au Burkina Faso, a annoncé le ministre des Affaires globales, Stéphane Dion. Il a précisé que le premier ministre Justin Trudeau avait eu l’occasion, lundi, de s’entretenir avec plusieurs proches des familles concernant le rapatriement de corps du Burkina Faso, dont ceux qui ont déploré n’avoir reçu que dimanche après-midi un appel du ministère après les attentats survenus vendredi soir. M. Dion a défendu le travail du personnel diplomatique, faisant valoir qu’il avait dû travailler à Ouagadougou dans des conditions «extrêmement difficiles». «Il faut bien comprendre, l’attentat c’est le vendredi soir, la fin des otages samedi matin, s’assurer qu’on a bien fait les identifications le samedi et des téléphones dans les heures qui suivent pour s’assurer qu’on rejoigne tout le monde avant de comprendre qui sont les membres des familles. Bien sûr qu’il faut apprendre à chaque fois», a-t-il expliqué. «Je ne peux pas rentrer dans les détails, mais je sais qu’on a fait le plus vite possible. Il y avait différentes victimes, il fallait identifier les familles et on a pu peut-être imaginer que les membres de la famille se parleraient entre eux et quand on se rend compte que ce n’est pas le cas, là on s’assure que c’est le cas. Voyez c’est le genre de situation», a précisé le ministre, amené à expliquer comment Yves Richard, le conjoint de la victime Maude Carrier, s’était résigné à contacter son député fédéral pour faire avancer le dossier.

Source et suite de l’article : http://fr.canoe.ca/

Etats-Unis : à 82 ans, il se fait enterrer sur sa moto »

C’était son dernier rêve : être enterré au guidon de sa Harley-Davidson. Bill Standley, un Américain qui ne pouvait se passer de sa moto, a été embaumé puis enterré assis sur sa monture, le vendredi 31 janvier, dans un cercueil géant en plexiglas. Pour satisfaire ses dernières volontés, sa famille avait acheté trois lots à côté de la tombe de sa femme, dans le cimetière local de Mechanicsburg (Ohio). Au beau milieu de la foule, une grande boîte en plexiglas a été tractée par un pick-up jusqu’au cimetière, suivie d’un petit cortège de motards. A l’intérieur, le corps de Bill Standley trônait sur sa Harley-Davidson Electra Glide, le corps bien droit, un casque vissé sur la tête, veste de cuir noir sur le dos et des Ray Ban sur le nez. Le départ pour un nouveau voyage. *«Mon père avait la bougeotte», explique la fille du défunt. Lorsque l’idée lui est venue de se faire enterrer sur sa Harley, il a été impossible de le raisonner. Décédé le dimanche 26 janvier, à l’âge de 82 ans, des suites d’un cancer du poumon, Bill Standley a donc réalisé son dernier souhait : partir avec sa précieuse moto datant de 1967. Le jour de l’enterrement, les réactions du public passaient de l’étonnement à l’admiration. «Il est parti avec style, ça va être difficile de le battre, celui-là», déclarait ainsi un participant à la cérémonie, cité par The Columbus Dispatch.

Laos : Accident d’avion : 14 victimes identifiées

 

Six nouveaux corps ont été sortis du Mékong après l’accident d’un avion de ligne survenu mercredi au Laos dans lequel les 49 passagers et membres d’équipage, dont plus de la moitié d’étrangers, ont péri, a annoncé la compagnie aérienne Lao Airlines. | Pornchai Kittiwongsakul

Six nouveaux corps ont été sortis du Mékong après l’accident d’un avion de ligne survenu mercredi au Laos dans lequel les 49 passagers et membres d’équipage, dont plus de la moitié d’étrangers, ont péri, a annoncé la compagnie aérienne Lao Airlines. L’ATR 72-600 de la compagnie publique laotienne, qui assurait un vol entre Vientiane, la capitale, et Pakse (sud), s’est écrasé mercredi. Il a été englouti par le fleuve, ne faisant a priori aucun survivant. Six corps ont été récupérés depuis samedi, portant le total à 38, et les opérations de recherche se poursuivaient pour tenter de retrouver dans les eaux du Mékong les corps des 11 dernières victimes présumées. Les secouristes devaient faire face à de forts courants, qui ont emporté certains corps sur plusieurs kilomètres. « Le total des corps récupérés est de 38 », a déclaré le vice-président de la compagnie, Sengpraseuth Mathouchan, dans un communiqué publié dimanche. « Les équipes médico-légales du Laos et les experts thaïlandais continuent d’identifier les corps », a-t-il ajouté. Samedi, la compagnie avait indiqué que 14 corps sur 32 avaient été identifiés, dont deux Australiens, le commandant de bord cambodgien et plusieurs membres de l’équipage. Plusieurs corps ont déjà été rendus à leurs familles. Selon la dernière liste publiée tard samedi, étaient à bord: 16 passagers laotiens, sept Français, six Australiens, cinq Thaïlandais, trois Sud-Coréens, deux Vietnamiens, un Américain, un Chinois, un Canadien, un Malaisien et un Taïwanais. Suite sur « www.leparisien.fr »