France : Johnny Hallyday au Panthéon ?

2584190-laurasmet

Huit mois après la mort du chanteur, de nombreux fans se mobilisent pour demander le retour de sa dépouille en France. Et plus précisément au Panthéon.

Le 5 décembre 2018, la France perdait son chanteur le plus emblématique, Johnny Hallyday. Pour ses nombreux fans, la tristesse n’en a été que plus forte lorsqu’ils ont découvert les dernières volontés du Taulier. En plus de déshériter ses enfants aînés, le chanteur partageait son désir d’être enterré loin de la France et de ses fans, sur l’île de Saint-Barthélemy, dans les Caraïbes.

Une sépulture lointaine

Après une grande cérémonie d’hommage populaire le 9 décembre, sa dépouille était donc emmenée dans les Antilles afin de reposer au cimetière marin de Lorient. Mais depuis, les fans se mobilisent. Une pétition a même vu le jour sur Internet pour demander le transfert du corps du chanteur et son retour en France pour qu’il soit inhumé au Panthéon.

« Johnny le mérite bien, explique à Closer Pierre Regottaz, à l’origine de cette pétition. Le Panthéon est à Paris et c’est beaucoup moins loin que Saint-Barth et plus accessible à des millions de Français qui ne pourront jamais aller à des milliers de kilomètres se recueillir sur la tombe de celui qui a accompagné leur vie en chansons, pendant plus de cinquante ans ».

Il n’en fallait pas plus pour que les fans y voient une allusion à un possible rapatriement du corps du chanteur au mausolée des grands hommes et femmes français. Depuis sa publication, les internautes débattent de nouveau âprement sur les réseaux sociaux. Entre ceux qui veulent respecter les dernières volontés de leur idole et ceux souhaitant le voir revenir en France, le débat fait rage.

Source et suite de l’article : https://www.ladepeche.fr/

À propos de anubisgroup

Fondateur du groupe Anubis, j'en suis également le dirigeant depuis sa création en 1995. Anubis est devenu la référence dans le domaine du funéraire international. Lorsqu'un décès survient, nous sommes là pour vous assister ! Il ne s'agit pas d'un slogan mais d'une réalité.