Burundi : Burundi: les corps de l’Italien et de la Croate tués rapatriés mercredi

BUJUMBURA – Les corps du coopérant italien et de la religieuse croate tués dans la nuit de dimanche à lundi dans l’attaque d’une mission religieuse à Ngozi, dans le nord du Burundi, vont être rapatriés mercredi soir en Italie, a appris l’AFP de source diplomatique mardi soir.

Les corps du volontaire italien et de la soeur croate assassinés à Kiremba vont être rapatriés vers l’Italie. Ils vont quitter Bujumbura (…) à bord d’un vol de Brussels Airlines et arriveront à Rome jeudi, a précisé à l’AFP le consul honoraire d’Italie au Burundi, Guido Ghirini.

Le corps de Francesco Bazzani, un bénévole de l’association Ascom de Legnago, sera ensuite acheminé sur Vérone, où il avait sa famille, alors que la soeur croate, mère Lukrecija Mamic, sera inhumée dans sa communauté religieuse à Brescia, dans le nord de l’Italie, selon la même source.

Le coopérant italien et la religieuse croate ont été tués et une deuxième religieuse d’origine italienne a été blessée dans la nuit de dimanche à lundi lors de l’attaque contre la mission religieuse qui jouxte l’hôpital de Kiremba, à environ 140 km au nord de Bujumbura, près de la frontière rwandaise.

Lundi, deux jeunes hommes présentés comme les auteurs de ce double assassinat par l’administration burundaise ont été arrêtés dans une commune voisine, selon la police, qui avance la thèse du crime crapuleux.

La soeur blessée a été évacuée aujourd’hui vers l’Italie, a expliqué mardi soir le consul italien, annonçant également le départ de tous les médecins et soeurs italiens qui travaillaient à l’hôpital de Kiremba mercredi après-midi.

Il s’agit de cinq docteurs et de deux soeurs, (…), tous ont été traumatisés et veulent quitter ce pays au plus vite, a-t-il expliqué.

Les victimes travaillaient pour l’hôpital de Kiremba, financé par le diocèse de Brescia.

C’est une perte énorme pour l’hôpital, pour la commune et même pour toutes les provinces environnantes car les gens venaient se faire soigner depuis même la capitale de ce pays, a regretté l’administrateur de la commune de Kiremba, Gervais Miburo.

France : Crash de Rio – Le corps du steward François Henry arrive aujourd’hui

Décédé dans le crash de l’AF 447 le 1er juin 2009 reliant Rio de Janeiro à Paris, François Henry sera enterré au Port demain après-midi. Au grand soulagement de sa famille, son corps est rapatrié ce mercredi, après plusieurs années d’attente.  Une veillée funéraire aura lieu chez sa mère, puis une messe sera célébrée en l’église Sainte Jeanne d’Arc du Port, jeudi.  Le steward et son amie, Céline Guittard, également décédée dans cet accident d’avion, seront inhumés tous deux au cimetière paysager du Port.

Source : www.zinfos974.com

France : Economie du funéraire – Accompagnement de la famille et contrat de prévoyance

Article du Nouvel Economiste publié le 03/11/2011 | Mots clés : Assurances, Marketing, Prévoyance

La mort est un marché florissant qui attise la concurrence: le nombre d’opérateurs de pompes funèbres a considérablement augmenté. Si bien que, pour se démarquer autant que pour s’adapter aux nouveaux besoins de leurs clients, ils ont développé de plus en plus de services à côté de leur activité principale : l’organisation des obsèques. Prévoyance avant le décès, accompagnement de la famille par la suite… Une course en avant qui les pousse à développer de nouvelles compétences, et qui les expose à une concurrence redoutable, en particulier celle des banques et des assurances.Etre confronté à la mort d’un proche est l’une des expériences humaines les plus éprouvantes. L’émotion, la pudeur et l’aura sacralisée qui entourent ce moment, peuvent faire oublier que les funérailles sont aussi une prestation commerciale presque comme les autres. De fait, il existe bel et bien un marché de la mort, où les familles peuvent investir des sommes parfois considérables, et où des acteurs – les pompes funèbres – rivalisent et se défendent des attaques de nouveaux opérateurs. Car, si l’on peut certainement parler du funéraire comme d’un secteur à la clientèle captive – tôt ou tard, tout le monde doit bien mourir -, il serait erroné de croire que rien ne bouge dans les coulisses de cet univers feutré. En particulier, les pompes funèbres deviennent de plus en plus des prestataires de service auprès de leurs clients et de leurs familles, pour les faire profiter de leur expertise singulière.

Suite de l’article…