Le croque-mort de la jungle de Calais

Au cours des dernières semaines, le démantèlement de la Jungle de Calais a été surmédiatisée. Ce qui l’est moins en revanche, ce sont les tombes des personnes décédées loin de leur terre natale, auxquelles va bientôt être confrontée l’Europe. Nous avons rencontré Brahim Fares, le directeur funéraire de Bab El Jenna, la seule entreprise de pompes funèbres à proximité de la Jungle.

Les locaux de Bab El Jenna sont une extension de la maison de Brahim Fares. Nichés dans une petite impasse de Grande-Synthe (commune du Nord de la France accueillant également un camp de réfugiés, ndlr), le contraste entre la modestie des lieux et la masse colossale de travail à fournir est saisissant. Seul directeur funéraire procédant à des enterrements musulmans à moins de 120km de Calais, la tâche de Brahim est de taille. Avec un sourire chaleureux, il nous invite à nous asseoir dans son bureau. Brahim avait déja 15 ans de direction d’une entreprise de sécurité à son actif, lorsqu’il a décidé d’ouvrir Bab El Jenna. Soucieux du manque d’entreprise de pompes funèbres musulmanes, il s’est décidé à agir. « En tant que musulman, il est de mon devoir d’assurer à mes frères et soeurs un enterrement décent, » ajoute-t-il avec assurance. Au début, Brahim prenait en charge tous les coûts : frais administratifs, cercueil, concession, creusement de la fosse, la stèle et bien sûr, le transport. Evidemment, cela a fini par être un trop grand fardeau à porter, surtout lorsqu’il a commencé à travailler pour les réfugiés, deux années plus tard. Suite de l’article sur www.cafebabel.fr

À propos de anubisgroup

Fondateur du groupe Anubis, j'en suis également le dirigeant depuis sa création en 1995. Anubis est devenu la référence dans le domaine du funéraire international. Lorsqu'un décès survient, nous sommes là pour vous assister ! Il ne s'agit pas d'un slogan mais d'une réalité.