France : Il y a 100 ans, le dernier mort de 14-18 était rapatrié aux États-Unis

Source : Par L’Est Républicain – 10 mai 2021 à 05:00 – Temps de lecture : 2 min

Pierre Lenhard a installé un nouveau drapeau sur le monument dédié à Henry Gunther, à l’occasion du centenaire du rapatriement de son corps.

À Chaumont-devant-Damvillers, ce 8 mai 2021 n’était pas seulement la commémoration de l’armistice de la deuxième guerre mondiale, mais aussi le centenaire du rapatriement d’un soldat.

Atteint en pleine tête par une balle allemande, à 10 h 59 le 11 novembre 1918, à une minute du cessez-le-feu, Henry Gunther est le dernier soldat tué de la Première Guerre mondiale. Alors que l’armistice vient d’entrer en vigueur, des soldats allemands ramènent le corps du militaire à ses camarades. Il est alors enterré dans la plaine, à proximité de l’actuel étang.

Exhumé deux fois

Le 24 juin 1919, il est exhumé une première fois, pour être inhumé dans le cimetière américain de Romagne-sous-Montfaucon, où il repose dans la tombe 46-116-1. Sa famille ayant demandé le rapatriement, le 8 mai 1921, son corps est exhumé une nouvelle fois et préparé en vue de son transfert. Par train, il rejoint le port d’Anvers.

Embarqué sur le bateau le Cantigny, il arrive dans le New Jersey le 13 septembre 1921, avant de rejoindre Baltimore, sa ville natale. Le corps est remis à sa veuve, Lena Gunther, le 22 septembre 1921. Henry Gunther repose dans le cimetière Most Holy Redeemer Cemetery, à Baltimore.

Deux ans après l’érection d’un monument sur la côte de Chaumont-devant-Damvillers, en 2008, une plaque rappelant qu’il a été tué à une minute de l’armistice, est installée à côté de sa tombe par une association patriotique américaine.

À propos de anubisgroup

Fondateur du groupe Anubis, j'en suis également le dirigeant depuis sa création en 1995. Anubis est devenu la référence dans le domaine du funéraire international. Lorsqu'un décès survient, nous sommes là pour vous assister ! Il ne s'agit pas d'un slogan mais d'une réalité.