RDC : Derniers hommages rendus à la casque bleue tuée près de Beni avant son rapatriement

Derniers hommages rendus mercredi 12 mai 2021 à l’aéroport de Mavivi à la caporal Kamanga, casque bleue malawite tuée lundi lors d’une attaque armée près de Beni. Photo MONUSCO/Michaël Ali.

La casque bleue malawite décédée lundi à Kilya près de Beni a reçu les derniers hommages de ses camarades cet après-midi à l’aéroport de Mavivi avant le rapatriement de son corps dans son pays, le Malawi. 

C’était lors d’une cérémonie sobre au cours de laquelle sa bravoure a été rappelée. 

Peu avant que la dépouille ne soit portée jusque dans l’avion qui attendait sur le tarmac de l’aéroport, la capitaine Fatsani du contingent malawite a rendu hommage à une soldate professionnelle et dévouée qui est entrée dans l’armée de son pays en 2017. 

Agée de 28 ans, la caporale Kamanga est morte lundi au cours d’une attaque perpétrée par des présumés ADF à Kilia sur la route Beni-Kasindi où se trouve une base du contingent malawite de la MONUSCO. Une attaque condamnée par le secrétaire général et le conseil de sécurité des Nations unies. 

Antonio Guterres a rappelé que les attaques contre les Casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre et appelle les autorités congolaises à enquêter sur cet incident et à traduire rapidement les responsables en justice. 

Pour leur part, les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur plein soutien à l’action stabilisatrice de la MONUSCO et de ses contingents et ont exprimé leur profonde reconnaissance aux pays contributeurs de troupes et de police de la MONUSCO. 

Publié le : Publié le mer, 12/05/2021 – 17:21 
Source : https://www.radiookapi.net/2021/05/12/actualite/securite/derniers-hommages-rendus-la-casque-bleue-tuee-pres-de-beni-avant-son

RDC: le corps de l’ambassadeur italien tué dans une attaque rapatrié vers l’Italie

A Kinshasa, le président congolais Félix Tshisekedi et son épouse Denise Nyakeru Tshisekedi se sont rendus à la résidence de l’ambassadeur pour « une visite de consolation » à sa veuve et aux trois jeunes orphelines.

Mis en ligne le 23/02/2021 à 17:14 par AFP

EPA

Le corps de l’ambassadeur italien Luca Attanasio et de celui de son garde du corps Vittorio Iacovacci, tués dans une attaque dans l’est de la République démocratique du Congo, ont été rapatriés mardi vers l’Italie, à bord d’un avion militaire depuis Goma, a constaté une équipe de l’AFP.

L’avion militaire d’où ont été débarqués deux cercueils a atterri mardi à l’aéroport de Goma, la capitale du Nord-Kivu, à 13H30 (12h30 HB). Le Boeing 767 a décollé à 16H20 avec à son bord les corps des deux Italiens.

Les deux corps arrivés dans des caisses métalliques à bord de véhicules de la Mission des nations unies en RDC (Monusco), ont été placés sous un hangar avant d’être mis dans les deux cercueils enveloppés du drapeau italien.

Plus tôt, les autorités provinciales et militaires du Nord-Kivu se sont inclinées devant les dépouilles lors d’une sobre et restreinte cérémonie, a rapporté la présidence congolaise.

Source et suite de l’article : https://www.lesoir.be/

RDC : les restes de Patrice Lumumba rapatriés d’ici le 30 juin ?

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi souhaite que les restes de Patrice Lumumba, héros de l’indépendance congolaise, soient rapatriés d’ici la prochaine fête de l’Indépendance le 30 juin 2021.

Le chef de l’État l’a annoncé devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès : « J’annonce qu’en juin 2021, en marge du 61e anniversaire de notre indépendance, la patrie témoignera sa reconnaissance envers le Premier ministre Patrice Lumumba ».

Félix Tshisekedi a évoqué le « rapatriement des reliques » de ce « héros » national, considéré comme une icône panafricaine , « à qui on donnera enfin une sépulture digne de son sacrifice pour la patrie ».

Patrice Lumumba a été assassiné par des séparatistes katangais et des mercenaires belges le 17 janvier 1961 dans le sud-est du pays pendant le chaos qui a suivi la proclamation de l’indépendance de l’ancienne colonie belge.

Le jour de l’indépendance, le 30 juin 1960, Patrice Lumumba, alors premier ministre, avait dénoncé le colonialisme et le racisme, dans une mémorable diatribe en présence du jeune roi des Belges Baudouin. Son corps n’a jamais été retrouvé.

En septembre, la justice belge a répondu favorablement à une demande de la famille de Patrice Lumumba de lui restituer une dent attribuée au leader congolais assassiné. Cette dent avait été saisie dans la famille d’un policier belge ayant contribué à faire disparaître le corps.

Source : TV5Monde