RDC : Derniers hommages rendus à la casque bleue tuée près de Beni avant son rapatriement

Derniers hommages rendus mercredi 12 mai 2021 à l’aéroport de Mavivi à la caporal Kamanga, casque bleue malawite tuée lundi lors d’une attaque armée près de Beni. Photo MONUSCO/Michaël Ali.

La casque bleue malawite décédée lundi à Kilya près de Beni a reçu les derniers hommages de ses camarades cet après-midi à l’aéroport de Mavivi avant le rapatriement de son corps dans son pays, le Malawi. 

C’était lors d’une cérémonie sobre au cours de laquelle sa bravoure a été rappelée. 

Peu avant que la dépouille ne soit portée jusque dans l’avion qui attendait sur le tarmac de l’aéroport, la capitaine Fatsani du contingent malawite a rendu hommage à une soldate professionnelle et dévouée qui est entrée dans l’armée de son pays en 2017. 

Agée de 28 ans, la caporale Kamanga est morte lundi au cours d’une attaque perpétrée par des présumés ADF à Kilia sur la route Beni-Kasindi où se trouve une base du contingent malawite de la MONUSCO. Une attaque condamnée par le secrétaire général et le conseil de sécurité des Nations unies. 

Antonio Guterres a rappelé que les attaques contre les Casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre et appelle les autorités congolaises à enquêter sur cet incident et à traduire rapidement les responsables en justice. 

Pour leur part, les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur plein soutien à l’action stabilisatrice de la MONUSCO et de ses contingents et ont exprimé leur profonde reconnaissance aux pays contributeurs de troupes et de police de la MONUSCO. 

Publié le : Publié le mer, 12/05/2021 – 17:21 
Source : https://www.radiookapi.net/2021/05/12/actualite/securite/derniers-hommages-rendus-la-casque-bleue-tuee-pres-de-beni-avant-son

Mali : Rapatriement des corps des deux sous-officiers burkinabè

Les corps des deux sous-officiers burkinabè du Bataillon burkinabè déployé au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), décédés le 16 août dernier dans le cadre de leur mission, ont été rapatriés le 23 août

Les sous-officiers ont été victimes d’un attentat suicide le 16 août dernier, à Ber, localité située à 60 km de la ville de Tombouctou. L’attentat avait fait également, sept blessés parmi les soldats burkinabè.

Somalie: le corps du Français rapatrié

Le corps de Clément Gorrissen, employé français de l’ONU tué par balles lundi à l’aéroport de Galkayo, dans le centre de la Somalie, a été rapatrié en France ce matin.

L’avion transportant son corps a atterri vers 06h20 à l’aéroport de Roissy, en provenance de Nairobi. Sa mère et son frère, présents à bord de l’appareil, ont été accueillis par des représentants du Quai d’Orsay. « Clément était passionné par son travail. C’était quelqu’un d’enthousiaste, qui aimait la vie », a déclaré la mère du jeune homme, Sabine Bajard. « Il n’a fait aucune entorse aux règles de sécurité. C’était tout sauf une tête brûlée ». Le jeune homme s’était rendu plusieurs fois en Somalie au cours des trois dernières années. « On savait que c’était un pays dangereux », a dit Sabine Bajard, avant de rendre hommage à l’ONU, « une grande famille, au service des autres ». Clément Gorrissen, 28 ans, a été tué par balles lundi, en compagnie d’un Britannique, par un homme armé alors qu’ils se trouvaient dans l’aéroport de Galkayo, à cheval sur la frontière entre les régions autoproclamées autonomes du Puntland et de Galmudug. Les deux hommes travaillaient comme consultants pour l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Ils devaient rencontrer les autorités locales sur la question des transferts d’argent et le système bancaire. « C’est un agent de l’aéroport qui a tiré, dans la zone sous douane », a expliqué la mère de Clément. Plusieurs personnes, dont l’auteur présumé des coups de feu, ont été interpellées. « Visiblement, il y a des soupçons de complicité », a-t-elle assuré. L’attaque n’a pas été revendiquée, mais les shebab islamistes, chassés de la capitale Mogadiscio en août 2011 et qui mènent depuis lors une sanglante campagne d’attentats, s’en sont félicités tout en affirmant ne pas en être à l’origine. La région du Puntland et de Galmugud est l’un des fiefs des chefs des réseaux de pirates somaliens qui écument l’océan Indien. Plusieurs étrangers, employés d’organisations humanitaires, y ont été kidnappés ces dernières années. Clément Gorrissen, originaire de la région de Mulhouse, sera inhumé lundi en Alsace. Selon Mme Roger-Lacan, la prochaine réunion du groupe de contact sur la piraterie, prévue en mai, pourrait lui être dédiée.

Source : www.lefigaro.fr