Covid-19 Canada : Des familles inquiètes pour le rapatriement de proches défunts

Ici.radio.canada.ca Thilelli Chouikrat Publié le 15 avril 2020

Les rapatriements de corps de Canadiens décédés à l’étranger ou de personnes d’origine étrangère vers leur pays natal sont plus compliqués avec la crise actuelle de la COVID-19.

Mirna Saad, une résidente de Windsor, est d’origine libanaise. L’an dernier, son mari a perdu, coup sur coup, deux membres de sa famille, décédés aux États-Unis. Ils ont été enterrés au Liban. Le couple, qui a l’expérience de cette procédure, craint maintenant de voir celle-ci se complexifier à la suite de la pandémie du coronavirus.

Mon mari [m’a dit] qu’un jour quand il sera décédé (…), « moi je veux pas être enterré ici, je veux être enterré au Liban », explique-t-elle.

Mirna Saad explique que ses aïeux et ceux de son époux reposent tous au pays du cèdre. Il est donc primordial de les rejoindre, le jour venu.

Selon elle toutefois, beaucoup de membres de sa communauté préfèrent acheter des terrains au Canada, pour un enterrement sur place. Elle évoque le prix élevé du rapatriement des corps de personnes décédées, qui peut s’élever jusqu’à 12 000 dollars, en fonction du pays de destination.

Majid Guessous, un membre de l’association musulmane de Windsor, explique aussi que la plupart de ses coreligionnaires choisissent d’être inhumés au Canada, pour des raisons économiques, mais aussi pour suivre un précepte de l’Islam qui demande d’enterrer rapidement une personne décédée.

M. Guessous indique que certaines de ses connaissances ont tout de même choisi leur pays d’origine pour dernière demeure. Il s’inquiète aussi pour les personnes venues de l’étranger pour visiter leur famille au Canada. En cas de décès, la procédure de rapatriement serait coûteuse et délicate, selon lui.

Des obstacles administratifs

Éric Navel est conseiller de presse et communication de l’Ambassade de France à Ottawa. Selon lui, aucun cas de rapatriement du Canada vers la France ne s’est encore présenté, mais il confirme que l’opération serait complexe. En raison notamment de la réduction des activités des consulats, qui sont actuellement très sollicités par leurs ressortissants.

Il explique également que les rapatriements de défunts se font dans le cadre d’accords consulaires. C’est au pays qui reçoit la dépouille de délivrer une autorisation. En France, les municipalités doivent donner leur accord pour un enterrement sur leur territoire. Or, Éric Navel n’est pas certain que celles-ci soient actuellement en mesure de délivrer des autorisations d’inhumation.

Source et suite de l’article : https://ici.radio-canada.ca/

Coronavirus : quels pays ont fermé leurs frontières ?

Source et lien : TV5 monde 

Des touristes portant des masques, visitant la basilique de la Nativité à Bethléem en Cisjordanie le 5 mars 2020.

Des touristes portant des masques, visitant la basilique de la Nativité à Bethléem en Cisjordanie le 5 mars 2020.©AP Photo/Mahmoud Illean05 MAR 2020  Mise à jour 17.03.2020 à 20:31 par Luna Gay-PadoanAFP

Que faire pour éviter la propagation du nouveau coronavirus ? Une question qui brûle les lèvres des autorités internationales. Alors que le Covid-19 a atteint plus de 110 pays, les restrictions de circulation se multiplient. Dans quels pays est-il interdit de voyager ? En cas de déplacement, où seriez-vous mis en quarantaine ?

Avec près de 2900 cas confirmés et au moins une soixantaine de décès liés au Covid-19, la France est l’un des principaux foyers du nouveau coronavirus en Europe, avec l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne.

L’Europe à « l’épicendre de la pandémie, selon l’OMS

  • Union Européenne 

Après une discussion entre Emmanuel Macron et les responsables européens ce lundi 16 mars, des mesures devraient être « finalisées et annoncées dans les prochaines heures », concernant les frontières extérieures de l’Union européenne, afin de lutter contre la propagation du coronavirus.

  • Espagne

Ce lundi 16 mars, le gouvernement espagnol a annoncé la fermeture de ses frontières terrestres.

  • Allemagne 

La police allemande a entamé, ce lundi 16 mars, des contrôles aux frontières avec cinq pays : la France, l’Autriche, la Suisse, le Danemark et le Luxembourg.

  • Pologne

Après avoir fermé ses frontières aux étrangers dimanche, la Pologne a annulé lundi les vols intérieurs, jusqu’à nouvel ordre. La Pologne a confirmé 150 cas de contamination, dont trois décès.

  • Danemark

Le Danemark a pris la même décision ce vendredi 13 mars : l’accès à son territoire est interdit aux étrangers.

  • Autriche

L’Autriche a mis en œuvre la quasi-fermeture de sa frontière avec l’Italie en instaurant des contrôles rigoureux, dans le sud du pays, aux points de passage empruntés par les automobilistes qui doivent désormais présenter un certificat médical. Les restrictions annoncées mardi par Vienne sont entrées en vigueur à la mi-journée, a annoncé dans un communiqué la région du Tyrol. « Le principe est l’arrêt du transit de l’Italie vers l’Autriche. Les seules exceptions sont les personnes qui peuvent présenter un certificat médical », de moins de quatre jours, précise le communiqué.

  • Slovénie

La Slovénie, qui avait annoncé  la « fermeture » de ses frontières à tous les pays étrangers, exceptés les Polonais. a précisé qu’elle mettrait en œuvre un filtrage similaire à celui de l’Autriche, sur la foi d’un certificat médical. Ces contrôles seront effectués au niveau des six points de passage qui resteront ouverts. L’Ukraine a également décidé d’appliquer cette même restriction pour moins deux semaines.

  • République Tchèque

Pour la République Tchèque, même son de cloche, le pays a également décidé de fermer ses frontières. La mesure s’applique tant aux étrangers voulant entrer dans le pays qu’aux Tchèques voulant partir à l’étranger à partir de lundi 16 mars.

Les pays africains ferment aussi leurs frontières

 ​

  • Cameroun

Le président camerounais, Paul Biya, a donné des instructions ce mardi 17 mars, pour la fermeture des frontières avec les pays voisins, face à la pandémie de coronavirus. Cette fermeture prendra effet ce mercredi 18 mars.

  • Maroc

Les frontières terrestres avec Ceuta et Melilla, deux enclaves situées dans le Nord du Maroc qui présentent les seules frontières terrestres entre l’Afrique et l’Union européenne, ont fermé vendredi dès 06H00 (05H00 GMT), selon les autorités espagnoles à Madrid. Elles ne seront rouvertes qu’aux seuls Espagnols pour leur permettre de rentrer chez eux, selon un tweet de l’ambassade d’Espagne au Maroc.

Le Maroc a également  bouclé « jusqu’à nouvel ordre » les liaisons aériennes et maritimes vers la France, l’Espagne et l’Algérie.

Le Maroc reste relativement épargné avec 7 cas détectés par les autorités sanitaires, dont un décès.

  • Algérie

Ce lundi 16 mars, le Premier ministre, Abdelaziz Djerada, a annoncé que le pays a décidé de suspendre, à partir de jeudi 19 mars toutes ses liaisons avec l’ensemble des pays européens pour tenter d’endiguer la pandémie.
Il a également fait part de la suspension des vols, également à compter de jeudi, avec six capitales africaines : Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey, Nouakchott et Ouagadougou.

  • Kenya 

Ce lundi 16 mars, le président Uhuru Kenyatta a annoncé que son gouvernement suspendait tous les déplacements en provenance des pays où au moins un cas de contamination au Covid-19 a été confirmé. Il a précisé que les citoyens kenyans et les ressortissants étrangers disposant d’un titre de résidence permanente seront autorisés à revenir sur le territoire à condition qu’ils se placent en quarantaine.

  • Ghana

À partir de ce mardi 17 mars, le Ghana interdira l’entrée, sur son territoire, à toute personne s’étant rendue dans un pays où plus de 200 cas d’infection sont avérés, à l’exception des citoyens ghanéens.

  • Afrique du Sud

Le président Cyril Ramaphosa a déclaré l’état de catastrophe nationale et engagé une série de mesures, parmi lesquelles l’interdiction des voyages à destination et en provenance de pays comme l’Italie, l’Allemagne, la Chine et les Etats-Unis. « Tous les ressortissants étrangers ayant visité des pays à haut risque au cours des vingt derniers jours se verront refuser un visa », a-t-il ajouté, précisant que les citoyens sud-africains rentrant au pays seraient dépistés et placés en isolement.

La Russie ferme une nouvelle frontière

Après avoir fermé sa frontière avec la Chine et limité les vols avec l’Iran et la Corée du Sud, la Russie a annoncé, ce lundi 16 mars, de nouvelles mesures pour empêcher la propagation du Covid-19, notamment la fermeture de sa frontière avec le voisin bélarusse mais espèrent éviter des restrictions « plus drastiques ».

Le Pakistan fermé à l’Iran et à l’Afghanistan

Le ministère de l’Intérieur pakistanais a annoncé vendredi que le pays fermait ses frontières avec l’Iran et l’Afghanistan. ce mesure s’appliquera à partir du lundi 16 mars « pour une période initiale de deux semaines (..) dans l’intérêt des trois pays frères », a précisé le ministère.

Les vols internationaux à destination du Pakistan ne devraient toutefois pas être affectés pour le moment, ont déclaré des responsables.

Donald Trump interdit aux Européens d’entrer aux Etats-Unis

Le président américain a annoncé mercredi 11 mars la suspension pour trente jours de l’entrée aux Etats-Unis des voyageurs ayant récemment séjourné en Europe, à l’exception des citoyens américains. Une mesure draconienne censée endiguer la pandémie de coronavirus qui a déclenché une nouvelle tempête sur les marchés.
J’ai décidé de prendre des actions fortes mais nécessaires pour protéger la santé et le bien-être de tous les Américains. 
Donald Trump, depuis le Bureau ovale de la Maison BlancheCette mesure ne concerne pas le Royaume-Uni.

L’Égypte et Israël ferment leurs frontières

En Egypte et en Israël, même son de cloche. Le Caire a annoncé mercredi 3 mars l’interdiction du territoire égyptien à tous les ressortissants qataris. Une décision qui fait écho à l’annonce de Doha, dimanche dernier, d’imposer « une restriction d’entrée temporaire » à toutes les personnes provenant d’Egypte. Depuis le début de l’épidémie, deux cas de Covid-19 ont été enregistrés en Egypte, contre huit au Qatar.

L’accès au sol israélien se voit lui aussi restreint. Le ministère de l’Intérieur a annoncé que « les touristes en provenance de France, Espagne, Autriche, Allemagne et Suisse ne pourront plus entrer en Israël à partir de vendredi (ndlr 6 mars) à 8 heures du matin ». Les résidents israéliens ne sont pas concernés par cette restriction. Aujourd’hui, près de 150 000 Français vivent dans le pays.

Le ministère de la Santé irakien a annoncé avoir recensé un 35ème cas de contamination, des Irakiens pour la plupart revenu d’Iran, l’un des plus importants foyers de coronavirus après la Chine. Si l’Irak n’a pour l’heure pas fermé ses frontières, elle suspend tout commerce avec l’Iran.

Le Liban se coupe du monde 

À partir du mercredi 18 mars et jusqu’au 29 mars, l’aéroport international de Beyrouth, les ports et les frontières terrestres seront fermés au Liban.
 

En Cisjordanie, les séjours touristiques interdits

Après un premier cas suspecté du nouveau coronavirus en Cisjordanie, l’Autorité palestinienne a annoncé interdire pendant deux semaines les séjours touristiques en Cisjordanie.

La basilique de la Nativité à Bethléem, lieu de naissance de Jésus selon la tradition chrétienne, sera quant à elle fermée jusqu’au 20 mars. D’autres églises et mosquées sont également appelées à ne pas accueillir de fidèles et ainsi éviter la contagion du virus. 

Visas annulés et bateaux interdits en Inde

Les voyageurs en provenance de France ne sont plus admis en Inde. Le pays vient de suspendre l’attribution de tous les visas de tourisme, et d’interdire à tout bateau de croisière d’accoster dans ses ports. Les visas précédemment accordés pour les visiteurs venant de Chine, d’Italie, d’Iran, de Corée du Sud et du Japon sont annulés.

Le Sikkim et l’Arunachal Pradesh, deux États frontaliers avec la Chine, interdisent désormais l’entrée aux étrangers. A noter que l’une des premières contagions du pays est arrivée par un Indien qui revenait d’Italie.

L’Amérique Latine s’isole pour endiguer le coronavirus

  • Salvador et Guatemala

Au Salvador, les autorités ont pris une décision radicale : aucune entrée d’étrangers sur son territoire pendant 21 jours, sauf les résidents et diplomates, qui seront soumis à une quarantaine de 30 jours. Son voisin, le Guatemala, a fermé ses portes aux personnes en provenance des zones touchées.

  • Venezuela

Le Venezuela et la Bolivie ont choisi de suspendre pendant un mois tous les vols européens. Le Paraguay les supprime jusqu’à nouvel ordre tout comme le Pérou. Lima a d’ailleurs annoncé qu’elle placera systématiquement à l’isolement à leur arrivée les voyageurs venus de Chine, Italie, Espagne ou de France.

  • Argentine

Il en est de même pour l’Argentine où plus de 20 cas ont été comptabilisés. Le président  Alberto Fernandez a averti que tout non-respect de mise en quarantaine préventive serait considéré « comme un délit, car cela met en danger la santé publique ».

Le gouvernement argentin étudie également la possibilité de suspendre totalement de l’entrée des personnes venant d’Italie, où la propagation du virus a explosé. Par ailleurs, il suspend pour 30 jours les vols en provenance des pays les plus touchés.

  • Colombie

La Colombie va aussi isoler les personnes arrivant de Chine, d’Espagne, de France et d’Italie pour tenter de freiner la propagation du Covid-19 sur son territoire, où trois porteurs du nouveau coronavirus ont pour le moment été recensés, selon le président Ivan Duque.« Compte tenu de ce qu’impliquent les mesures de quarantaine mises en place par la Chine, l’Italie, l’Espagne et la France, le gouvernement a opté pour l’isolement préventif des personnes en provenance desdits pays afin de protéger la santé publique », a expliqué le chef de l’Etat colombien sur Twitter.

  • Chili

Le président chilien, Sebastian Piñera, a annoncé, ce lundi 16 mars, la fermeture des frontières à compter de mercredi 19 mars. Le nombre de cas a doublé ces dernières 24h au Chili, passant de 75 à 155. « Cela ne concerne pas l’entrée et la sortie de marchandises« , a déclaré le chef de l’État.

Les mesures de quarantaines se multiplient

  • Burundi

Même si aucun cas n’est recensé pour le moment, le ministre de la santé du Burundi,  Thaddée Ndikumana a pris des mesures préventives. Ainsi, tous les passagers en provenance de Chine, de Corée du Sud, d’Iran, d’Italie, d’Allemagne, de France, du Japon et d’Espagne seront mis en quarantaine. Les Burundais sont appelés à  limiter leurs déplacements à l’étranger.

  • Japon

Le gouvernement japonais, accusé de lenteur à l’arrivée du virus, a lui aussi mis en place de nouvelles mesures. Depuis le 9 mars, tous les passagers en provenance de Chine et de Corée du Sud seront placés en quarantaine pendant deux semaines. « Nous leur demanderons de rester deux semaines dans des endroits désignés et de ne pas utiliser les transports en commun dans le pays », a annoncé le Premier ministre Shinzo Abe.

Haïti restreint ses vols pour les passagers « à risque »

Haïti a demandé aux compagnies aériennes de ne pas transporter de passagers en provenance de six pays touchés par l’épidémie de coronavirus, dont la France, à moins qu’ils n’aient passé 14 jours dans une zone « sans risque ». Six pays figurent sur la liste haïtienne des zones  à « haut risque de transmission du Covid-19 »: Allemagne, Chine, Corée du Sud, France, Iran et Italie.

Le ministère haïtien de l’Intérieur et des Collectivités territoriales exhorte les « lignes aériennes fonctionnant sur (son) territoire national » à « prendre les dispositions nécessaires en vue d’interdire l’embarquement de tout passager provenant des zones rouges ». Aucun cas de coronavirus n’a encore été officiellement déclaré en Haïti.

Alors que les gouvernements tentent de se prémunir face à la propagation du coronavirus, le transport aérien lui, fait grise mine. Avec les restrictions qui ne cessent de se multiplier, les compagnies pourraient enregistrer jusqu’à 113 milliards de dollars de perte en 2020, si la propagation continue.

France : Le corps d’Ebossé rapatrié au Cameroun

C’est hier, en fin d’après-midi, que le rapatriement de corps au Cameroun du joueur Albert Ebossé Bodjongo a eu lieu, décédé au terme du match JSK – USMA joué samedi dernier.

Le corps du défunt devait rallier Paris sur un vol d’Air France avant de regagner Douala, où le joueur sera inhumé samedi dans son village, selon les traditions camerounaises. Le frère aîné du joueur, Alex Bodjongo, est venu mercredi spécialement pour rapatrier le corps et récupérer les effets personnels du joueur décédé. Plusieurs officiels algériens ont effectué le déplacement à Douala pour assister à l’enterrement du défunt. Il s’agit du vice-président de la Ligue de football professionnel, Faouzi Guellil, du vice-président du Comité olympique algérien, Abdelhafid Izem, du vice-président de la JSK et du journaliste de la Chaîne III, Tarik Lemassine. Après avoir présenté ses sincères condoléances à la famille du défunt, à l’ambassadeur du Cameroun à Alger et au Comité olympique camerounais, le premier responsable du COA, Mustapha Berraf, a tenu à indiquer : «Le COA sera présent et représentera la famille footballistique algérienne lors du rapatriement de la dépouille mortelle du regretté Albert Ebossé au Cameroun, à Douala, et cela est pour nous un devoir envers sa mémoire et sa famille.

Suite de l’article sur : http://www.elwatan.com/