Paraguay : Quatre des sept morts découverts au Paraguay, dans un conteneur, sont marocains

Selon les autorités judiciaires paraguayennes, quatre des sept cadavres découverts vendredi dernier dans un conteneur étaient des ressortissants marocains. Ce pays étudie la possibilité du rapatriement de ces dépouilles. Explications.

Quatre corps sur les sept découverts dans ce conteneur au Paraguay étaient des Marocains, a annoncé le procureur Marcelo Saldívar, cité la La Nacion, l’un des médias du Paraguay.

Ce magistrat, chargé de l’enquête sur cette étrange affaire, affirme que sur la base de documents trouvés sur les victimes, ainsi que grâce aux informations fournies par Interpol, il avait été possible d’identifier les sept victimes, parmi lesquels se trouvent également deux Algériens et un Egyptien.  

Actuellement, les autorités paraguayennes étudient la possibilité de rapatrier les corps des sept victimes dans leur pays respectif. 

Mais auparavant, explique Marcelo Saldívar, il faut attendre de savoir si les familles des victimes souhaitent ce rapatriement et si celui-ci est possible, dans le contexte de la pandémie du Covid-19.

Les sept cadavres ont été découverts vendredi dernier, 23 octobre 2020, dans un conteneur chargé d’engrais, qui avait quitté la Serbie deux jours plus tôt, le 21 juillet 2020. La cargaison était destinée à une entreprise de la capitale du Paraguay, Asuncion.

Source : le360.ma

(COVID-19) Maroc : Prise en charge des frais d’obsèques des défunts marocains à l’étranger (ministère)

RABAT, 3 avril (Xinhua) — Le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger a annoncé vendredi sa décision de prendre en charge les frais d’obsèques des défunts marocains démunis et qui ne disposent pas d’une assurance obsèques musulmanes dans les pays d’accueil.

Dans un communiqué, le ministère souligne que cette décision a été prise compte tenu des répercussions des mesures de prévention prises par plusieurs pays pour circonscrire la propagation de la pandémie de COVID-19 et face à l’incapacité de rapatrier les dépouilles des Marocains décédés à l’étranger pour inhumation sur terre marocaine.

Les représentations diplomatiques et les centres consulaires du Maroc à l’étranger veilleront à la mise en œuvre de cette décision, en coordination avec les familles des personnes décédées selon des critères et des formalités spécifiques, a affirmé la même source.

« Cette nouvelle mesure vise l’adaptation du mécanisme de rapatriement de dépouilles, géré par le ministère délégué, aux conditions actuelles, dans le but de fournir tout le soutien aux Marocains résidant à l’étranger (MRE) et à leurs familles au cours de cette conjoncture particulière qui exige que chacun fasse preuve d’esprit de citoyenneté, de responsabilité, de solidarité et de compréhension », ajoute-t-on.

Le ministère a indiqué qu’il s’efforçait d’assurer le transfert des dépouilles vers le territoire national en pleine coordination avec les représentations diplomatiques et les centres consulaires du Royaume à l’étranger, selon un programme ciblant les MRE qui se trouvent dans une situation de précarité et qui n’ont pas d’assurance rapatriement de corps, âgées d’un an et plus.

Source : French.xinhuanet.com|Publié le 2020-04-04 à 03:46

Belgique : Dilemme pour les familles musulmanes : les corps des défunts ne peuvent plus être rapatriés au Maroc

C’est l’une des conséquences de la suspension des vols vers certaines destinations. Les corps des défunts qui avaient souhaité être enterrés au Maroc, ne peuvent plus être rapatriés. Ce qui place les familles devant un dilemme. Faut-il inhumer leurs proches au cimetière multiconfessionnel de Bruxelles ou tenter à tout prix de respecter les souhaits du défunt ?

Un déchirement que Ludo Beckers, directeur du cimetière multiconfessionnel de Bruxelles, constate depuis quelques jours. Certaines familles souhaiteraient une inhumation temporaire afin de rapatrier le corps un peu plus tard, lorsque les mesures de confinement seront assouplies. D’autres espèrent maintenir le corps à la morgue pour éviter de devoir l’exhumer dans quelques semaines. Mais cela ne sera sans doute pas possible si le nombre de décès liés au coronavirus augmente encore.

« Le cimetière s’efforce depuis plusieurs années de gagner la confiance des familles et nous pensons y être parvenus mais là, nous sommes devant une situation inédite » poursuit Ludo Beckers. Nous pourrions peut-être proposer une inhumation provisoire, peu profonde et dans un cercueil en zinc (indispensable pour le rapatriement). D’autres cimetières multiconfessionnels, comme celui d’Anvers, réfléchissent aussi à trouver des solutions qui respectent toutes les sensibilités.

Une situation exceptionnelle où le bon sens prévaut

De son côté, l’Exécutif des Musulmans de Belgique avait, dès le 16 mars déjà, recommandé aux familles endeuillées de privilégier l’inhumation en Belgique, dans une des parcelles des cimetières réservées aux musulmans. Elles-ci existent dans de nombreuses villes et répondent entièrement aux prescrits religieux. Quant aux engagements pris pour respecter les dernières volontés des défunts, ils sont respectables et bien compréhensibles, nous précise encore l’EMB, mais les circonstances sont exceptionnelles et imposent de faire preuve de bon sens.
Source : www.rtbf.be

Véronique Fievet – Publié le mercredi 25 mars 2020 à 16h37