Lybie : Le corps de la marocaine tuée en Libye bientôt rapatrié

Le corps de la ressortissante marocaine, Asmaa El Atrach, tuée récemment par une balle perdue lors d’un échange de tirs l’ayant atteint à Tripoli, sera rapatrié dans les prochains jours au Maroc, a déclaré Anis Birou, ministre chargé des Marocains résidents à l’étranger, à Le360. « Nous allons prendre totalement en charge le rapatriement de son corps comme nous le faisons pour tous les cas concernant les Marocains du monde », a affirmé Birou. « La procédure suit son court via nos services consulaires à Tripoli », a-t-il ajouté, mettant fin aux rumeurs rapportées par des journaux et selon lesquelles le ministère des Affaires étrangères se serait refusé de rapatrier son corps.

 

Lybie : Toutes les dispositions prises pour rapatrier le corps de l’Algérienne décédée en Libye (MAE)

ALGER – Les services du consulat général à Tripoli (Libye) ont pris toutes les mesures qui s’imposent pour assurer le transfert au pays de la dépouille mortelle de la ressortissante algérienne, Kouadria Zohra, décédée dans la nuit du 3 au 4 novembre 2013 à Tripoli en Libye, a-t-on appris mardi auprès du ministère des Affaires étrangères.

« Suite à la publication d’articles de presse relatant le décès, dans la nuit du 3 au 4 novembre 2013, à Sabrata (80 km de Tripoli) en Libye, de la ressortissante algérienne Kouadria Zohra, le ministère des Affaires étrangères informe que les services du consulat général à Tripoli ont pris toutes mesures qui s’imposaient pour assurer le transfert au pays de sa dépouille mortelle et ont engagé auprès des autorités libyennes les démarches nécessaires, notamment pour diligenter les enquêtes policières et judiciaires devant établir les circonstances exactes de son décès », souligne la même source.

Le ministère des Affaires étrangères précise que la ressortissante algérienne « n’était pas immatriculée auprès des services consulaires algériens en Libye », ajoutant que sa présence en Libye « n’a été connue qu’une fois son décès annoncé par les membres de la communauté nationale établie dans ce pays frère ».

« Dès l’information sue, le consulat général d’Algérie à Tripoli a dépêché sur le lieu où le décès est survenu un de ses fonctionnaires et a contacté la famille de la défunte », a relevé la même source, ajoutant que « toutes les formalités administratives et autres, pour le rapatriement du corps en Algérie, ont été assurées par notre représentation consulaire ».

« L’ambassadeur d’Algérie à Tripoli et d’autres diplomates algériens en poste en Libye étaient présents à l’aéroport de Tripoli lors de l’embarquement de la dépouille », a-t-on assuré de même source.

« En cette douloureuse circonstance, le ministère des Affaires étrangères présente à la famille de la défunte et à ses proches ses condoléances les plus attristées et leur assure que le consulat général poursuit ses démarches pour obtenir tous les éclaircissements nécessaires sur les circonstances de ce décès. Un avocat a été commis par le consulat général à Tripoli pour suivre cette affaire », conclut la même source.

Lybie : Le corps de Choukri Ghanem rapatrié en Libye pour y être inhumé

Le corps de l’ancien ministre libyen du pétrole et proche du dictateur déchu et décédé Mouammar Kadhafi, Choukri Ghanem, retrouvé mort dimanche à Vienne où il s’était exilé, a été rapatrié jeudi en Libye.  Son cercueil, drapé d’un linceul blanc, a été descendu sur le tarmac de l’aéroport international de Tripoli. Le cadavre avait été découvert dans le fleuve vers 08H40 (06H40 GMT) par un passant, selon un communiqué de la police. Selon les premiers résultats de l’autopsie communiqués par la police autrichienne, sa mort est due à une noyade sans intervention extérieure. Choukri Ghanem, âgé de 69 ans, avait rompu avec Kadhafi en mai 2011 et s’était exilé à Vienne, une ville qu’il connaissait bien pour y avoir très souvent résidé pour les réunions de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont le siège est dans la capitale autrichienne. Choukri Ghanem avait été chef du gouvernement de 2003 à 2006 et ministre du pétrole, ainsi que président de la Compagnie nationale de pétrole (NOC), de 2006 à 2011. Plusieurs parties ont demandé qu’il soit inhumé en Libye », a indiqué le porte-parole du gouvernement intérimaire Nasser al-Manaa.

Atlasinfo.fr