Coronavirus : Emirates prend en charge les frais médicaux et funéraires

https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/coronavirus-emirates-prend-en-charge-les-frais-medicaux-et-funeraires-5f205bab9978e2322fe811f4

C’est l’une des nouvelles mesures prises par Emirates pour tenter de ramener et de rassurer les passagers sur ses lignes.

Emirates a annoncé il y a trois semaines jusqu’à 9.000 suppressions d’emplois sur des effectifs de 60.000 employés. L’aéroport de Dubai a été en grande partie déserté.

La compagnie basée à Dubai propose de prendre en charge le rapatriement du malade et d’un proche vers son pays d’origine, de payer les frais médicaux et d’hôpital sur place jusqu’à 150 000 euros et de garantir 100 euros par jour pendant les 14 jours de quarantaine dans un hôtel.

Jusqu’à 1 500 euros pour les frais funéraires

En cas de décès du passager, la compagnie prévoit aussi le rapatriement du corps, ainsi que les frais funéraires jusqu’à un plafond de 1 500 euros.

En revanche, la compagnie ne prend pas en charge les frais de testing.

La couverture est incluse dans le prix du billet et est valable jusqu’au 31 octobre.

A noter que la compagnie refuse d’engager son assurance si le passager n’a pas respecté une interdiction de voyage imposée par son gouvernement. Ce qui est le cas en Belgique.  Seuls les « voyages essentiels » sont autorisés par le gouvernement belge dans les pays qui se trouvent hors de la zone constituée par l’UE, la Norvège et la Suisse.

Source : https://www.lalibre.be/

Publié le 28-07-20 à 19h26 – Mis à jour le 28-07-20 à 19h26

France : Les frais d’obsèques peuvent être prélevés sur le compte bancaire du défunt

Toute personne qui s’est acquittée des frais d’obsèques peut en demander le remboursement auprès de la banque du défunt.

Les enfants, les conjoints et les héritiers doivent payer les frais d’obsèques même s’ils ont renoncé à lasuccession du défunt. Souvent, les héritiers n’ont pas les moyens de faire l’avance des frais, c’est pourquoi il est d’usage de régler les frais d’obsèques en utilisant les biens de la personne décédée. Concrètement, si le défunt a laissé de l’argent sur son compte bancaire ou sur un livret d’épargne, la banque détenant le compte autorise la personne ayant réglé les funérailles à prélever la somme correspondante sur ce compte.

Cette pratique vient d’être légalisée par la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Le texte permet à la personne qui a réglé les frais d’obtenir, « sur présentation de la facture des obsèques, le débit du compte bancaire du défunt de cette somme, dans la limite du solde créditeur du compte et d’un montant maximum de 5000 Euros.

La loi n°2013-672 relative à la séparation et la régularisation des activités bancaires est parue au J.O. du 27 juillet 2013. Parmi ses nombreux articles, trois concernent plus particulièrement le secteur funéraire :

L’article 74 permet explicitement à la personne qui a qualité pour pourvoir aux funérailles de régler les frais funéraires en effectuant un prélèvement sur le compte du défunt, dans la mesure où les fonds sont suffisants et dans une limite dont le montant vient d’être fixé par un arrêté à 5.000 €. (pour consulter le texte de l’arrêté cliquer ici).

Cette possibilité qui jusqu’alors relevait d’un usage, dispose à présent d’une base légale solide. 

L’article 73 prévoit que les contrat de financement d’obsèques à l’avance devront garantir que le capital disponible au décès de l’assuré sera effectivement utilisé au paiement des prestations funéraires, et si le contrat prévoit des prestations, celle-ci devront être détaillées et personnalisées.

L’article 74 prévoit des modalités de revalorisation du capital conformes aux dispositions prévues par le code des assurances.