Suisse : La dépouille de l’ex-roi du Burundi pourrait être rapatriée

La tombe vide de l’ex-roi du Burundi, au cimetière de Meyrin. Exhumés en 2012 pour être rapatriés au Burundi, ses restes sont depuis entreposés aux pompes funèbres. Image: DR / ARCHIVES

MEYRIN : La justice genevoise doit décider du sort de la dépouille de l’ex-roi du Burundi. Il avait été enterré en 1977 à Meyrin conformément à ses dernières volontés. Son pays entend rapatrier ses restes pour des obsèques nationales. Mwambutsa IV est mort en 1977, à Meyrin (GE), où il a été enterré conformément à ses dernières volontés. Exhumés en 2012 pour être rapatriés au Burundi, ses restes sont depuis entreposés aux pompes funèbres. L’affaire a été plaidée devant le Tribunal civil de Genève mercredi matin. Une des nièces du monarque, renversé en 1966 et qui a obtenu l’asile en Suisse, s’oppose au transfert de la dépouille. Selon son avocat Vincent Spira, le testament est clair et doit être respecté: l’ex-roi a demandé à être enterré à Meyrin. Il était d’ailleurs en mauvais termes avec sa famille quand il a rédigé son testament. Source et suite de l’article : http://www.lematin.ch/

Burundi : Les restes de feu le roi Mwambutsa IV seront rapatriés

Rapatriement de corps

Les restes du défunt roi Mwambutsa IV enterré en Suisse seront rapatriés la semaine prochaine pour être inhumés à Muramvya, au centre-ouest du Burundi, dans le souci de réconcilier les Burundais avec leur histoire. Le rapatriement de ses restes est prévu le 23 mai et leur inhumation le 25 mai à Muramvya où il a été intronisé. Tout est fait sous les auspices du ministère burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans le cadre de la réconciliation nationale. Mwambutsa IV Bangiricenge est devenu roi du Burundi en 1915 à l’âge de trois ans. Il régna jusqu’au 15 juillet 1966. En juin 1966, il était parti en exil à Genève en Suisse après avoir perdu un frère (Ignace Kamatari en 1964) et son fils (le prince Louis Rwagasore en 1961), tous assassinés à la veille de la venue de la 1ère République qui a mis fin aux régimes monarchiques. Il y passera ses derniers jours le 26 avril 1977 et sera enterré à Meyrin dans la banlieue de Genève après son règne jusqu’ au 5 juillet 1966. Le Parti Monarchique Parlementaire invite le peuple burundais à réserver à ce rapatriement les honneurs qu’il mérite. « Le Parti Monarchique Parlementaire Abagenderabanga appelle tous les Burundais à adhérer à cette volonté de réconciliation nationale en réservant au retour du défunt Roi Mwambutsa IV Bangiricenge les honneurs qu’il mérite », a lancé dans un communiqué de presse le premier vice-président de ce parti, Laurent Ndikumwami. Ce parti fait savoir que le défunt roi a su garder à la nation burundaise sa cohésion et son unité malgré les tourmentes que le Burundi a connues durant son règne et qu’à ce titre « Mwambutsa IV doit reposer dans la terre de ses ancêtres qu’il a tant aimés et dirigés avec sagesse et abnégation ». Toutefois, un autre camp royal s’oppose à ce rapatriement, arguant que le roi Mwambutsa IV a laissé un testament dans lequel il a souhaité que son corps ne soit jamais rapatrié au Burundi pour les mêmes raisons qui l’ont poussé à s’exiler.

Anubisafricanews@2012

Burundi : Burundi: les corps de l’Italien et de la Croate tués rapatriés mercredi

BUJUMBURA – Les corps du coopérant italien et de la religieuse croate tués dans la nuit de dimanche à lundi dans l’attaque d’une mission religieuse à Ngozi, dans le nord du Burundi, vont être rapatriés mercredi soir en Italie, a appris l’AFP de source diplomatique mardi soir.

Les corps du volontaire italien et de la soeur croate assassinés à Kiremba vont être rapatriés vers l’Italie. Ils vont quitter Bujumbura (…) à bord d’un vol de Brussels Airlines et arriveront à Rome jeudi, a précisé à l’AFP le consul honoraire d’Italie au Burundi, Guido Ghirini.

Le corps de Francesco Bazzani, un bénévole de l’association Ascom de Legnago, sera ensuite acheminé sur Vérone, où il avait sa famille, alors que la soeur croate, mère Lukrecija Mamic, sera inhumée dans sa communauté religieuse à Brescia, dans le nord de l’Italie, selon la même source.

Le coopérant italien et la religieuse croate ont été tués et une deuxième religieuse d’origine italienne a été blessée dans la nuit de dimanche à lundi lors de l’attaque contre la mission religieuse qui jouxte l’hôpital de Kiremba, à environ 140 km au nord de Bujumbura, près de la frontière rwandaise.

Lundi, deux jeunes hommes présentés comme les auteurs de ce double assassinat par l’administration burundaise ont été arrêtés dans une commune voisine, selon la police, qui avance la thèse du crime crapuleux.

La soeur blessée a été évacuée aujourd’hui vers l’Italie, a expliqué mardi soir le consul italien, annonçant également le départ de tous les médecins et soeurs italiens qui travaillaient à l’hôpital de Kiremba mercredi après-midi.

Il s’agit de cinq docteurs et de deux soeurs, (…), tous ont été traumatisés et veulent quitter ce pays au plus vite, a-t-il expliqué.

Les victimes travaillaient pour l’hôpital de Kiremba, financé par le diocèse de Brescia.

C’est une perte énorme pour l’hôpital, pour la commune et même pour toutes les provinces environnantes car les gens venaient se faire soigner depuis même la capitale de ce pays, a regretté l’administrateur de la commune de Kiremba, Gervais Miburo.