Funeral selfies : pourquoi les gens se prennent-ils en photos pendant les enterrements ?

Source : Marieclaire.fr

Faire un « selfie » à un enterrement était jusqu’à présent un étrange phénomène réservé aux adolescents. Mais depuis que Barack Obama s’est lancé lors de la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela qui sait si la tendance ne va pas se généraliser ?

Quand l’homme le plus puissant du monde se met à faire un selfie lors d’une cérémonie d’hommage d’un défunt, (au grand mécontentement de sa femme !), ça fait scandale ! Entouré du premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt et du premier ministre britannique David Cameron, Barack Obama s’est laissé aller à prendre une photo à bout de bras avec ses collègues. Comme une traînée de poudre, la photo a fait le tour des réseaux sociaux et a provoqué l’indignation…

Mais Barack Obama n’a rien inventé. Le « Funeral Selfie » est une pratique utilisée par les adolescents qui consiste à se prendre en photo lors de funérailles puis à la poster sur les réseaux sociaux assortie du #funeralselfie. Glauque ? Oui. Un journaliste a même décidé de faire un TumblR consacré au sujet. Jason Feifer a d’abord été sidéré par ces adolescents qui postaient des photos lors des enterrements afin de mettre en valeur leur belle tenue ou coiffure. Un narcissisme poussé à l’extrême venant d’une génération obnubilée par les réseaux sociaux et la « célébrité » qui peut en découler.

Passée cette curiosité pour ce « social media » phénomène, il s’est interrogé sur la raison pour laquelle ces ados postaient ces funeral selfies. Pour la plupart des gens, c’est un acte indigne et impensable, mais pour toute une génération, c’est peut être un hommage ? Une manière de faire le deuil ? Les réseaux sociaux font tellement partie intégrante de leur vie qu’ils les utilisent aussi bien pour le meilleur que pour le pire… Pourquoi pourrait-on mettre une photo de son nouveau né pour faire partager son bonheur et pas de l’enterrement de sa grand-mère pour partager sa peine ? Dommage que ces autoportraits aient plus l’air de faire la promotion d’une coiffure que d’un hommage…

Le Funeral Selfie de Barack Obama (Source : http://selfiesatfunerals.tumblr.com/)

Mais alors pourquoi Barack Obama a t-il commis une telle maladresse ? Selon Jason Feifer, ces puissants dirigeants étaient peut-être simplement à leur manière en train de rendre hommage au monde meilleur que Nelson Mandela a laissé derrière lui. Pour lui, aucun enterrement n’est triste à 100%. C’est un mélange de perte mais aussi de célébration. Le selfie serait un nouveau langage visuel pour exprimer diverses émotions. Sans oublier le respect bien sûr.

Par Claire Schneider : Marieclaire.fr

 

Afrique du Sud : Hommage à Nelson Mandela : le programme des cérémonies

Un portrait de Nelson Mandela entouré de fleurs, le 6 décembre 2013 à Johannesburg. Photo : Carl de Souza/AFP

FUNERAILLES – A la veille d’une journée de prière et de réflexion marquant le début d’une « semaine nationale de deuil », de nombreux anonymes dansent et chantent devant la maison où Mandela s’est éteint. Après la cérémonie officielle mercredi, sa dépouille sera exposée pendant trois jours suite au rapatriement en Afrique, puis il sera inhumé dans l’intimité.

Tandis que dans les rues et devant la maison de Nelson Mandela, le peuple sud-africain continuait samedi de célébrer le père de la Nation arc-en-ciel comme à chaque instant depuis l’annonce de son décès jeudi, les autorités ont précisé le programme de la « semaine nationale de deuil » décrétée par le président Jacob Zuma.

Une cérémonie officielle au stade de Soweto

Le deuil sera placé ce dimanche 8 décembre sous le signe d’une « journée nationale de prière et de réflexion ». Un peu partout dans le pays, des rassemblements à la mémoire du héros de la lutte contre l’apartheid sont prévus à l’initiative des municipalités, des branches locales de l’ANC, le parti de Mandela toujours au pouvoir, des syndicats ou encore des Eglises du pays.

Une cérémonie nationale aura lieu mardi 10 décembre au stade Soccer City de Soweto, près de Johannesburg, là où l’ancien président sud-africain déjà très affaibli avait fait sa dernière apparition publique en 2010 lors de la finale de la Coupe du monde de football. De nombreux chefs d’Etat et figures politiques actuels ou passés sont attendus, de même que des leaders spirituels du monde entier et des artistes. Pour les Etats-Unis par exemple, outre le président en exercice Barack Obama et la première dame, deux de ses prédécesseurs, George W. Bush et Bill Clinton ont annoncé qu’ils seraient du voyage à bord d’Air Force One. « Je ne raterais cela pour rien au monde. Je serai juste une personne parmi d’autres. (Mandela) était un vrai ami, et un partenaire formidable quand il était président », a dit M. Clinton, ajoutant qu’il souhaitait lui « dire au revoir une dernière fois ».

Le corps exposé trois jours et transporté en procession

Pendant trois jours, du 11 au 13 décembre, la dépouille de Madiba sera ensuite exposée dans la capitale Pretoria, à Union Buildings, le siège du gouvernement sud-africain, où l’on imagine une interminable succession d’officiels et d’anonymes. Beaucoup d’autres auront l’occasion de saluer sa mémoire au passage du corps dans les rues de Pretoria. « Chaque matin, quand la dépouille quittera la morgue pour être exposée au public, son transport se fera en public », a annoncé le service d’information du gouvernement qui encourage les Sud-Africains à se recueillir en masse aux bords des routes.

Au terme de cette semaine de funérailles, Nelson Mandela sera inhumé dans l’intimité dimanche 15 décembre à Qunu, dans le sud du pays, le village de son enfance où il disait avoir passé les plus belles années de sa vie et où il souhaitait reposer auprès de ses parents et de trois de ses enfants. « Il retourne à ses ancêtres », a commenté d’une voix sourde un vieil habitant de cette campagne xhosa, où les visages fermés témoignent de l’immense tristesse. Ailleurs dans le pays, notamment devant la maison de Johannesburg où Mandela s’est éteint à l’âge de 95 ans et devant celle de Soweto où il a vécu, l’émotion n’est pas moins vive, mais s’exprime différemment, par des danses et des chants.

Article : Metronews.fr