France : Rapatriement des corps en Algérie, les comptes de l’association ne sont pas nets

L’association Nouvelle Génération Loire a pour objet premier le rapatriement des corps en Algérie des défunts (dans leur pays d’origine, en l’occurrence l’Algérie). Elle se dénommait d’ailleurs auparavant l’Amicale des Algériens de France. Auparavant, c’était avant 2003 et l’avènement d’un nouveau président qui était convoqué hier, jeudi, par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne, pour abus de confiance. Il avait décliné l’invitation au prétexte de problèmes de santé. « Il est actuellement en invalidité », expliqua son défenseur, Me Sadoun. Le président à l’audience, M. Cuer n’était pas convaincu : « Cette absence devra entrer en ligne de compte ».

L’association en question brassait de l’argent, pas mal d’argent, à raison de 65 à 95 euros de cotisations multipliées par plus de 2000 adhérents. Son président réalisa des opérations immobilières à Saint-Etienne, avec l’achat d’un siège social rue Mi-Carême, de locaux rue Paul-Bert… La première plainte est venue de l’inquiétude d’un membre, qui craignait des détournements de fonds.

Deux autres plaintes allaient suivre, et les enquêteurs allaient découvrir, selon les propos du président du tribunal : « Une comptabilité résumée à sa plus simple expression ». Il parlera « d’opacité ». Il emploiera aussi le mot à la mode de « rétrocession ». Le procureur de la République, M. Chassaigne, estima ensuite que « l’opacité était parfaitement voulue quand elle favorise les délits ». Il expliqua qu’il y avait un triangle entre l’association Nouvelle Génération Loire, une compagnie d’assistance et une autre d’assurance. Un triangle dans lequel il est difficile de se retrouver.

La justice a retrouvé, elle, des dépenses qui paraissent surprenantes, voire suspectes, vu l’objet de l’association. Toutes les parties ont relevé un inventaire à la Prévert : GPS pour une association qui n’a pas de voiture, cafetière, séjours à l’hôtel… et même un abonnement à l’ASSE. Maître David Sadoun tenta de convaincre le tribunal que le président de Nouvelle Génération voulait intégrer des jeunes en les emmenant au stade, ou inviter l’ambassadeur, qu’il n’avait comme ambition que de servir l’association. Le procureur estimait lui qu’il y avait eu abus et demandait six mois de prison, assortis du sursis et 3 000 euros d’amende. Le tribunal allait le suivre, retranchant de ses commentaires le « délit de rétrocession ».

L’association végète aujourd’hui, mais a toujours ses actifs immobiliers.

Source (leprogres.fr)

À propos de anubisgroup

Fondateur du groupe Anubis, j'en suis également le dirigeant depuis sa création en 1995. Anubis est devenu la référence dans le domaine du funéraire international. Lorsqu'un décès survient, nous sommes là pour vous assister ! Il ne s'agit pas d'un slogan mais d'une réalité.