France : L’impossible retour en France de Gudin, général d’empire montargois, plus de 200 ans après sa mort

la rep.fr Publié le 20/04/2021 à 09h02 – Pascale Auditeau

Le descendant du général, Albéric d’Orléans, pourrait aller chercher lui-même son aïeul et le ramener à Saint-Maurice-sur-Aveyron. © Pascale Auditeau

Le 5 mai 2021, date anniversaire de la mort de Napoléon 1er, le général d’empire montargois Charles-Etienne Gudin, dont la dépouille a été découverte en 2019 en Russie, aurait pu être inhumé aux Invalides. 

Le 5 mai prochain marquera le bicentenaire de la mort de Napoléon 1er, qui s’est éteint en 1821 à Saint-Hélène.

À quinze jours de cet anniversaire, le président de la République, Emmanuel Macron, n’a toujours pas fait part de ses intentions quant à l’organisation par l’État de cérémonies officielles.

Le 13 avril dernier, une lettre ouverte a donc été adressée au chef de l’État, cosignée par Christian Bourdeille, président du Souvenir napoléonien, et par Albéric d’Orléans, descendant direct du général Gudin.

Pour rappel, la dépouille du général d’empire montargois Charles-Etienne Gudin, mort le 22 août 1812 à Smolensk, en Russie, après avoir été fauché par un boulet de canon sur le champ de bataille, n’avait jamais été retrouvée, avant que le Français Pierre Malinowski, à la tête d’une équipe d’archéologues franco-russe, ne retrouve le corps en juillet 2019.

Une découverte exceptionnelle, confirmée quelques mois plus tard par des analyses ADN réalisées sur les dépouilles d’autres membres de la famille Gudin et dont les médias du monde entier s’étaient fait l’écho. L’aventure devait trouver son épilogue avec le retour, plus de 200 ans après sa mort, de Charles-Etienne Gudin en France, une inhumation aux Invalides, près de l’empereur, étant évoquée.

La cérémonie aurait pu se dérouler l’année dernière en présence du chef de l’État russe, Vladimir Poutine. La crise sanitaire mondiale est malheureusement passée par là, les relations franco-russes, elles, se sont tendues, et depuis des mois, le retour dans son pays de ce fidèle parmi les fidèles de Napoléon 1er semble s’éloigner un peu plus.

En juillet 2019, la dépouille du général était découverte, reconnaissable à sa jambe amputée. (Photo Denis MAXIMOV / AFP

Source et suite : la rep.fr Publié le 20/04/2021 à 09h02 – Pascale Auditeau

À propos de anubisgroup

Fondateur du groupe Anubis, j'en suis également le dirigeant depuis sa création en 1995. Anubis est devenu la référence dans le domaine du funéraire international. Lorsqu'un décès survient, nous sommes là pour vous assister ! Il ne s'agit pas d'un slogan mais d'une réalité.