Ukraine : les corps des soldats russes en question

Anatolii Stepanov / AFP
De la fumée s’élève d’un char russe détruit par les forces ukrainiennes au bord d’une route dans la région de Lougansk le 26 février 2022.

Agnès Pinard Legry – publié le 01/03/22 – mis à jour le 01/03/22

L’offensive menée par la Russie en Ukraine depuis quelques jours remet en lumière une vive préoccupation pour la société russe : l’identification et le rapatriement des corps des soldats russes tués au combat.

Qui dit guerre, dit engagement de forces armées et donc possibilité d’être tué au combat. Si les chiffres avancés sont bien évidemment sujets à caution, l’offensive russe menée en Ukraine depuis le 24 février, n’échappe pas à cette règle. Une réalité qui ravive une vive préoccupation de la part de la société russe : celle des corps des soldats russes tués en opération. Pour comprendre ce traumatisme, il faut remonter en 1995, lors de la première guerre en Tchétchénie, détaille sur Twitter Anna Colin Lebedev, maîtresse de conférence à l’université de Paris-Nanterre et spécialiste des sociétés post-soviétiques. À cette époque, l’armée russe ne se soucie pas de l’identification de ses soldats morts au combat. « Les corps ne sont pas identifiés pas de plaque militaire et les soldats sont déclarés disparus ou déserteurs, ce qui est une douleur insupportable pour les parents », détaille-t-elle.

«  L’Union des comités des mères de soldats de Russie va s’adresser prochainement à Peter Maureur, président du comité international de la Croix Rouge. »

Cette attitude de l’armée russe a changé avec la création des comités des mères de soldats, qui comptent parmi les plus vieilles ONG russes, et qui défendent défendant les droits des soldats et de leurs familles. Mais depuis les années 2000, cette préoccupation semble à nouveau être passée au second plan. « L’Union des comités des mères de soldats de Russie va s’adresser prochainement à Peter Maureur, président du comité international de la Croix Rouge », assure Anna Colin Lebedev sur twitter. « Son appel concerne l’identification des corps des soldats russes tués. »

« Les mères de soldats souhaitent donner à cette question une visibilité maximale, car il s’agit aussi de rendre la guerre visible aux yeux des Russes », soutient-elle. « Et, tout aussi important, de faire preuve d’humanité dans une situation inhumaine. » Dans cette veine des volontaires de l’Église gréco-catholique d’Ukraine ont lancé une initiative s’adressant aux soldats russes. Soutenue par l’archevêque majeur de Kiev, Sviatoslav Shevchuk, il s’agit d’un appel solennel aux Russes : « Nous voulons vous aider à retrouver les corps de vos fils et maris qui sont venus en Ukraine pour tuer ».

Une ligne d’assistance téléphonique

Cette initiative a créé une ligne d’assistance téléphonique depuis l’Ukraine pour les proches de l’armée russe. « Si en Russie quelqu’un a perdu le contact avec ses enfants, des hommes qui ont été envoyés pour tuer en Ukraine, appelez ce numéro », a déclaré le chef de l’Eglise gréco-catholique ukrainienne. « Nous voulons vous aider à retrouver les corps de vos fils morts ou de ceux qui sont peut-être encore en vie et à les renvoyer en Russie ».

Source et lien : Aleteia

Ukraine « Guerre » : un ressortissant algérien tué à Kharkiv

Source et lien : https://www.tsa-algerie.com/ 27 Févr. 2022 à 19:27

La guerre entre la Russie et l’Ukraine a fait sa première victime algérienne. Un ressortissant algérien a été tué samedi 26 février à Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine où les forces russes continuent leur progression vers la capitale Kiev.

L’annonce de la mort du ressortissant algérien a été faite ce dimanche 27 février dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères algérien.

« Dans le cadre de son suivi continu de la situation des membres de la communauté nationale en Ukraine, le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger exprime son profond regret après le décès d’un ressortissant algérien à Kharkiv samedi 26 février », a indiqué le département de Ramtane Lamamra.

Le ministère des Affaires étrangères a ajouté que les services diplomatiques travaillent dans la « limite des moyens disponibles », pour rapatrier le corps du défunt en Algérie.

Les circonstances de la mort de cet Algérien n’ont pas été précisées. 

Vols de rapatriement

Dans la foulée, le département de Lamamra a renouvelé son appel aux Algériens résidants en Ukraine pour faire preuve de la « plus grande prudence », en leur demandant de respecter « pleinement » les directives et instructions de sécurité en vigueur, et de « rester en contact permanent » avec l’ambassade d’Algérie à Kiev et les missions diplomatiques algériennes à Varsovie et Bucarest pour ceux qui ont traversé les frontières ukrainiennes vers la Pologne et la Roumanie.

Le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger réaffirme la « volonté des autorités algériennes de travailler, dans ces circonstances difficiles, à l’organisation des rapatriements vers l’Algérie et appelle tous les citoyens concernés à contacter les ambassades d’Algérie à Varsovie et à Bucarest via les numéros de téléphone ci-joints et adresses mail. ».

Samedi, le ministère des Affaires étrangères a démenti des rumeurs qui ont circulé sur la mort de deux étudiantes algériennes en Ukraine. De nombreux Algériens résidant en Ukraine ont quitté ce pays pour se rendre en Pologne qui a accueilli plus de 100.000 réfugiés en provenance de l’Ukraine depuis le début de la guerre dans ce pays, jeudi 24 février.

Canada : EbeneNews – FR Manifestations au Canada et dans le monde pour exiger justice pour les victimes du vol PS752

Image illustrative de l’article Vol Ukraine International Airlines 752
L’avion impliqué dans l’accident, photographié en octobre 2019. https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_Ukraine_International_Airlines_752

Les familles demandent aux pays qui ont perdu des citoyens dans la tragédie de rendre publiques toutes les informations qu’ils ont obtenues sur ce qui s’est passé (CBC) 

Par Stéphane Parent | french @ rcinet Publié le mardi 6 octobre 2020 à 07:32 Mis à jour le mardi 6 octobre 2020 à 11h15 

Les familles des victimes du vol détruit par deux missiles militaires iraniens dans le ciel de Téhéran le 8 janvier ont organisé des manifestations lundi dans des villes du Canada, des États-Unis, de l’Allemagne et du Royaume-Uni pour demander justice et réparation 

L’écrasement du vol d’Ukraine International Airlines peu après le décollage a tué 176 personnes à bord, dont 55 citoyens canadiens et 30 résidents permanents Parmi eux, de nombreux étudiants et universitaires avaient passé la saison des fêtes avec leur famille en Iran Cet accident s’est déroulé dans un contexte particulièrement tendu entre l’Iran et les États-Unis, suite à l’assassinat par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani 

Au Canada, lundi, plus de deux douzaines de membres de la famille et d’amis ont convergé sur la Colline du Parlement. Ils portaient des masques noirs avec le mot «justice» 

Hamed Esmaeilion, qui a perdu son épouse Parisa Eghbalian et sa fille Reera, 9 ans, s’est exprimé au nom de l’association représentant les familles des victimes au Canada avec une liste de revendications “Les familles exigent qu’il y ait une foire et enquête approfondie sans aucune ingérence du gouvernement iranien “, a-t-il déclaré 

D’autres rassemblements ont eu lieu au même moment à Edmonton, domicile de la majorité des victimes, ainsi qu’à Toronto, Montréal, Winnipeg et Calgary 

Le Canada, qui accuse l’Iran d’avoir mis des mois à envoyer les boîtes noires en France pour téléchargement et analyse, a annoncé vendredi dernier la création de sa propre équipe d’expertise médico-légale et d’évaluation pour “recueillir, organiser et analyser toutes les informations, preuves et renseignements disponibles “concernant le vol PS752 L’ancien directeur adjoint des opérations du Service canadien du renseignement de sécurité, Jeff Yaworski, dirige cette équipe, qui comprend également des représentants de plusieurs ministères et organismes gouvernementaux

Suite et source de l’article : Par Stéphane Parent | french @ rcinet Publié le mardi 6 octobre 2020 à 07:32 Mis à jour le mardi 6 octobre 2020 à 11h15 https://news.ebene-magazine.com/ebenenews-fr-manifestations-au-canada-et-dans-le-monde-pour-exiger-justice-pour-les-victimes-du-vol-ps752/