Malaisie : Pyongyang et Kuala Lumpur négocient le rapatriement du corps de Kim Jong-nam

170329092055_k100

Le corps de Kim Jong-nam reste toujours en Malaisie, où il a été assassiné le 13 février. Kuala Lumpur était d’accord pour le remettre à la Corée du Nord, à condition que celle-ci rapatrie les neuf Malaisiens détenus sur son sol. Les deux pays ont alors lancé des négociations en ce sens. Mais elles n’ont toujours pas abouti. Les autorités malaisiennes avaient prévu qu’elles allaient en faire connaître les résultats dimanche. Cela n’a pas été le cas. Elles ont affirmé qu’une solution complète n’avait pas encore été trouvée. Le corps du demi-frère de Kim Jong-un est conservé en ce moment à l’hôpital de Kuala Lumpur. Il ne sera pas incinéré en raison du caractère sensible de l’affaire. Source : http://rki.kbs.co.kr/

Ukraine : Crash avion Malaysia Airlines, 127 victimes identifiées

127 victimes du crash de l’avion de Malaysia Airlines, le 17 juillet dans l’est de l’Ukraine, ont été identifiées par les experts néerlandais en médecine légale. Les noms de 20 d’entre eux ont été communiqués aux familles des victimes, selon la chaîne de télévision néerlandaise NOS.  Parmi les vingt nouvelles victimes identifiées figurent 15 Néerlandais. Les nationalités des autres victimes n’ont pas été communiquées, a indiqué la chaîne nationale néerlandaise sur son site internet.

Ukraine : « MH 17 » La mission de rapatriement des corps a repris

L’équipe chargée du rapatriement des corps a repris son travail de recherche mardi matin sur le lieu du crash du vol MH17. Les experts néerlandais, australiens et malaisiens poursuivent leurs recherches dans le village de Petropavlivka et ses environs. Le village, de même qu’une autre localité, aurait dû être inspecté lundi, mais le travail de l’équipe a été retardé en raison de l’insécurité régnante. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a indiqué que ce convoi d’experts était composé de 110 spécialistes et de 17 véhicules. L’objectif premier de la délégation reste la recherche des restes humains, a encore souligné l’OSCE.