Italie : Quelle place pour les sépultures musulmanes ?

Tous droits réservés  euronews

La pandémie de Covid-19 a jeté une lumière crue sur la question des carrés musulmans en Italie, pays durement touché par la crise sanitaire.

Pendant cette période, le rapatriement de corps a été impossible pour les ressortissants étrangers, et les places ont manqué dans les espaces dédiés des cimetières italiens.

A Bruzzano, près de Milan, de nombreux corps sont restés plus longtemps que prévu dans les chambres funéraires, à l’hôpital, voire au domicile des familles. Une situation qui n’est pas dénuée de conséquences sanitaires.

« La pandémie nous a empêchés de rapatrier nos morts », explique Boubakeur Gueddouda, président du Centre islamique de Milan-Sesto San Giovanni_. » En tant que musulmans, nous sommes obligés de procéder immédiatement à l’enterrement et nous avons rencontré de nombreuses difficultés. Mais grâce aux hommes de bonne volonté, notamment au sein des préfectures, nous avons résolu les problèmes. Il est vrai que certains corps sont restés 10 ou 15 jours à la maison »._

Le nombre de musulmans est estimé à un peu plus de 2,5 millions de personnes en Italie.

Source et lien : https://fr.euronews.com/2020/06/09/en-italie-quelle-place-pour-les-sepultures-musulmanes

Italie COVID -19 : L’ambassade du Maroc à Rome appelle à la vigilance quant au rapatriement de personnes décédées de manière naturelle

L’ambassadeur du Maroc en Italie, Youssef Bella, a appelé lundi les membres de la communauté marocaine à faire preuve de vigilance et de prudence vis-à-vis de toute tentative visant à exploiter l’état émotionnel des citoyens, en ce qui concerne les questions de rapatriement des corps des personnes décédées de mort naturelle et du transport des voyageurs vers le Maroc, dans le contexte particulier que vit l’Italie. «Les membres de la communauté marocaine sont appelés à faire preuve de vigilance et de prudence dans les circonstances exceptionnelles et difficiles que connaît l’Italie, dans le contexte de la propagation de la pandémie du coronavirus», a affirmé M. Bella dans une déclaration à la MAP.
S’agissant des demandes de rapatriement au Maroc des corps de personnes décédées de manière naturelle, M. Bella a relevé «que depuis que cette problématique a été soulevée, qui est de surcroît une question humanitaire dont nous mesurons les dimensions spirituelle et personnelle, l’ambassade et les consulats généraux n’ont eu de cesse d’explorer toutes les voies et tous les moyens à même de garantir le transfert des corps. Toutefois, à l’heure actuelle et dans les circonstances exceptionnelles que connaît l’Italie et le monde entier en vue de freiner la propagation de la pandémie du coronavirus, il s’avère impossible, aussi bien pour l’ambassade que pour les consulats généraux en Italie, de satisfaire le souhait des familles des personnes décédées en ce qui concerne le rapatriement des corps vers le Royaume, les vols étant désormais suspendus à l’international, de même que les frontières terrestres et aériennes du Royaume sont fermées».
«C’est donc un problème qui concerne non seulement l’Italie, mais les communautés marocaines et islamiques dans le monde entier», a fait observer l’ambassadeur qui dit «comprendre la douleur et le chagrin des familles des défunts, ainsi que leur souhait d’enterrer leurs proches dans la mère patrie, qui traduit, au demeurant, leur profond attachement à leur pays».
Toutefois, a fait remarquer M. Bella avec regret, «il est impossible dans les circonstances exceptionnelles actuelles au niveau international de réaliser ce souhait». En conséquence, il a invité ces familles «à enterrer leurs proches dans les cimetières islamiques en Italie, en tant que seule alternative disponible jusqu’à présent», ce qui «n’empêche pas, une fois que les choses reviennent à leur état normal, l’exhumation et le rapatriement des corps, si les familles le souhaitent». «C’est la seule alternative dans ces circonstances, mieux que de laisser les corps dans les morgues, ce qui est incompatible avec nos valeurs sociales et religieuses», a-t-il enchaîné. source et suite de l’article : le matin.ma

Monaco : Le corps de Michele Ferrero, père du Nutella, rapatrié de Monaco à Alba

Le papa du Nutella, résident monégasque, est décédé samedi 14 février, au CHPG.Alessandro di Marco EPA/MaxPPP

Le corps de Michele Ferrero, le père de la pâte à tartiner Nutella et décédé à Monaco ce samedi, devrait être rapatrié à Alba en Italie. Il est décédé à l’âge de 89 ans, samedi 14 février, au Centre hospitalier Princesse-Grace. Michele Ferrero était résident monégasque.  Dès ce dimanche matin, les médias italiens annonçaient le rapatriement de corps en Italie imminent de son corps vers Alba dans le Piémont, où se situe aujourd’hui encore le siège social de sa société créée en 1946. Michele Ferrero était considéré comme l’homme le plus riche d’Italie avec une fortune personnelle estimée à 18 milliards de dollars, selon le magazine Forbes.