Rwanda : Rapatriement des corps de deux policiers rwandais morts en Haïti

Kigali : Les corps sans vie de deux policiers rwandais ont été transportés de Haïti où ils servaient sous la bannière de l’ONU au Rwanda où ils seront inhumés.

HAITI : Crash : les restes des quatre militaires espagnols rapatriés

Haïti-Espagne-Accident

L’avion transportant les corps des quatre militaires espagnols tués vendredi dans le crash de leur hélicoptère devait atterrir lundi après-midi à Càdiz (sud de l’Espagne), plus de dix heures après avoir quitté Port-au-Prince dimanche soir avec également à son bord la ministre espagnole de la défense, Carme Chacòn. Selon une dépêche d’EFE, le décollage de l’appareil avec neuf heures de retard était dû essentiellement aux travaux d’identification des victimes qu’avaient entrepris des agents de la police scientfique de la garde civile espagnole avant que le rapatriement des corps d’Haïti ne soit autorisé. D’intenses recherches avaient permis de récupérer les cadavres des quatre hommes retrouvés brûlés à Gros Cheval, une zone montagneuse difficile d’accès de Fond Verrettes (50 km au sud-est de la capitale) où s’était produit la catastrophe.Prévues initialement lundi, les obsèques ont été reportées dans l’attente de l’autopsie que doit pratiquer un médecin légiste sur la base militaire de Rota, à Càdiz.Accompagnée du chef d’état-major de la défense, le général José Julio Rodrìguez, la ministre Chacòn a qualifié les quatre disparus de « héros », lors d’une cérémonie d’adieu organisée sur le navire amphibie « Castilla », dans la rade de Port-au-Prince. Dans l’assistance se trouvaient le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, et plusieurs centaines de militaires membres du contingent de 450 soldats espagnols déployés en Haïti depuis le séisme dévastateur du 12 janvier à l’origine de plus de 230.000 morts.Suite de l’article : http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6711
Source : http://www.radiokiskeya.com

Haiti : Le rapatriement des corps: un cauchemar

Gilbert Lavoie, envoyé spécial
Le Soleil

Article complet sur : http://www.cyberpresse.ca

Haiti : Près de trois semaines après la découverte du corps de Richard Proteau, sa fille Nathalie attend toujours. Pourtant, la dépouille mortelle de son père a été dégagée le 22 janvier, en même temps que Serge Marcil. Le corps aurait pu être ramené au pays mercredi, mais son retour a été bloqué: les pathologistes exigent l’original des radiographies dentaires envoyées par Internet, pour attester l’identité.

Il a donc fallu qu’un policier aille chercher les originaux chez le dentiste la semaine dernière et les transmette à un agent de la GRC qui devait se rendre mercredi à Port-au-Prince. Pourtant, Richard Proteau a fait l’objet d’une identification informelle. L’autopsie a été complétée, son portefeuille et sa caméra ont été trouvés sur lui. Mais légalement, ce n’est pas suffisant. Nathalie Proteau s’est débattue au bureau du ministre Lawrence Cannon, à celui de Gilles Duceppe, mais ça n’a rien donné.

«Dans le cas de mon père, il y a deux corps qui ont été retrouvés en même temps. Et le mien, il est encore dans le congélateur. Je peux comprendre un délai de quelques journées, mais pas trois semaines.»

Les trois personnes envoyées à Port-au-Prince par Tecsult, l’employeur de M. Proteau, ont confirmé à sa fille que le corps était intact même si le temps avait fait son oeuvre. Ils ont constaté à leur arrivée que les sauveteurs chiliens sur les lieux ignoraient les noms des Canadiens pris sous les décombres. Pourtant, le gouvernement fédéral soutenait que des Canadiens surveillaient la sortie des corps au Montana. C’est l’arrivée des gens de Tecsult qui a permis de guider les sauveteurs vers les chambres des Canadiens.