Maroc : Rapatriement des corps des deux routiers marocains tués au Mali

La cérémonie de fermeture des cercueils des corps des deux routiers marocains a eu lieu jeudi à Bamako. Ils ont été lâchement assassinés dans une attaque barbare perpétrée par des individus non-identifiés contre un convoi commercial marocain près de la commune de Didiéni en direction de la capitale Bamako.

Au vu du contexte exceptionnel lié au Covid-19, cette cérémonie s’est déroulée de manière restreinte et dans une atmosphère lugubre, en présence de l’ambassadeur du Maroc au Mali, M. Hassan Naciri, des membres de l’ambassade, ainsi que de M. Moussa Diarra, président de l’Association d’amitié Maroc-Mali et de l’imam Thierno Hady Thiam, président du Conseil fédéral des adeptes de la Tariqa Tijaniya au Mali qui ont imploré Dieu le Tout-puissant d’accorder le paradis aux défunts.

Les corps des deux routiers marocains ont été rapatriés jeudi soir au Maroc à bord d’un vol vers l’aéroport de Casablanca-Mohammed V, et ils sont arrivés vendredi matin à l’aéroport Agadir-Al Massira.

Source et suite de l’article : https://www.moroccojewishtimes.com

Covid-10 France : les Africains de France ne savent plus où enterrer leurs morts

Les familles des victimes du Covid-19 peinent à rapatrier les corps dans leur pays d’origine ou, à défaut, à leur trouver une place dans un cimetière français.

Plus aucun laissez-passer pour les morts. C’est l’une des conséquences de la fermeture des espaces aériens mondiaux en pleine pandémie liée au coronavirus : les rapatriements funéraires depuis la France sont compromis. Un déchirement pour de nombreuses familles, notamment dans les diasporas africaines : beaucoup n’ont pas d’autre choix que d’enterrer leurs proches décédés sur le sol français. A l’épreuve du deuil s’ajoute alors la culpabilité de ne pas pouvoir respecter les dernières volontés de leurs défunts.

«C’est une douleur indescriptible. Je ne souhaite à personne de vivre cela», confie Mohamed, la voix lourde. Son grand-père s’est éteint à l’âge de 85 ans, dix jours après l’entrée en vigueur des mesures de confinement en France. «On n’a pas pu lui rendre visite pendant ses trois jours d’hospitalisation. Même pas un coup de téléphone. Et même après sa mort, impossible de voir son corps. Pour nous, c’était la double peine», explique l’homme de 29 ans.

Décédé du Covid-19, le patriarche ne pourra pas être inhumé, comme il l’aurait souhaité, dans son pays natal, l’Algérie. La nouvelle a été d’autant plus difficile à accepter pour Mohamed et sa famille que l’islam encourage les retours post-mortem vers les terres d’origine, à l’instar des deux autres monothéismes, judaïsme et christianisme, dans une moindre mesure. Comme beaucoup de croyants, ils s’étaient mis eux aussi à redouter plus que tout la mort d’un être cher dans cette France confinée où les funérailles sont abrégées et les rites empêchés.

« On a envisagé tous les scénarios possibles »

Initialement, on voulait envoyer sa dépouille par avion-cargo. Puis on a eu l’espoir de pouvoir l’enterrer ici dans un premier temps, avant de le déterrer et de le renvoyer au pays une fois le confinement terminé. Mais religieusement, ce n’est pas possible », concède Mohamed. Lui et sa famille ont dû se résigner à enterrer leur parent dans le carré musulman du cimetière de la commune d’Ile-de-France où il résidait depuis une cinquantaine d’années. «Pour nous c’est bizarre. Ma grand-mére est enterrée là-bas et mon grand-père ici. On aurait aimé qu’ils soient réunis.»

Manque de carrés musulmans

Au-delà des traditions religieuses, le rapatriement est surtout un choix qui résonne avec le parcours migratoire des personnes décédées. « Par le rapatriement, il y a cette volonté de réintégrer le défunt dans une filiation et de réparer cette rupture des trajectoires familiales provoquée par la migration », explique Valérie Guzol, chercheuse au centre Max-Weber, à Lyon, qui travaille sur les enjeux de l’inhumation chez les immigrés originaires du Maghreb et leurs descendants. Elle estime « entre 80 et 85 % » la proportion de rapatriement posthume chez cette population en France.

Source et suite de l’article : https://actucameroun.com/

Sénégal :Macky Sall fait rapatrier le corps d’un commerçant Sénégalais décédé dans un incendie à Libreville

9475634-15202479

Le chef de l’Etat Macky Sall a donné des instructions pour le rapatriement du corps en Afrique d’un commerçant sénégalais qui a péri dans un incendie survenu au marché Mont-Bouët de Libreville (Gabon), dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 mai, a appris l’APS de source officielle, vendredi.  La dépouille d’Oumar Diagne, âgé d’environ 45 ans, est attendue dimanche à Dakar, d’où elle sera acheminée à Sinthiane Sinthiou Garba, son village natal, dans la région de Matam (nord), précise la même source.  Source et suite de l’article : www.dakaractu.com
PON/BK