France Covid-19 : le lavage mortuaire et le rapatriement des corps interdits

Le lavage mortuaire et le rapatriement des personnes décédées de COVID-19, sont interdits en France. Cette décision s’inscrit dans la droite ligne des mesures préventives contre la propagation du virus.

Il est interdit aux pompes funèbres musulmanes de pratiquer le lavage mortuaire sur les personnes décédées du Coronavirus et d’organiser le rapatriement des corps vers leurs pays d’origine.

Cette interdiction est élargie à toutes les personnes, décédées du COVID-19 ou non, pendant cette période de crise. « Tout corps de défunt est potentiellement contaminant et les précautions standard doivent être appliquées lors de la manipulation de tout corps », déclare le Haut conseil de la santé publique du royaume, par rapport à la prise en charge du corps d’une personne décédée du COVID-19.

Cette interdiction a reçu un écho favorable du côté du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui précise que c’est par mesure de prudence et de prévention que les hôpitaux ont pris cette décision, qui ne vise qu’à protéger les vivants et n’est pas en contradiction avec les prescriptions de l’islam.

Les prescriptions relatives au respect de la dignité du défunt doivent être observées sans mettre la vie des autres en danger, dans un contexte d’épidémie de COVID-19.

Source : www.bladi.net

Italie COVID -19 : L’ambassade du Maroc à Rome appelle à la vigilance quant au rapatriement de personnes décédées de manière naturelle

L’ambassadeur du Maroc en Italie, Youssef Bella, a appelé lundi les membres de la communauté marocaine à faire preuve de vigilance et de prudence vis-à-vis de toute tentative visant à exploiter l’état émotionnel des citoyens, en ce qui concerne les questions de rapatriement des corps des personnes décédées de mort naturelle et du transport des voyageurs vers le Maroc, dans le contexte particulier que vit l’Italie. «Les membres de la communauté marocaine sont appelés à faire preuve de vigilance et de prudence dans les circonstances exceptionnelles et difficiles que connaît l’Italie, dans le contexte de la propagation de la pandémie du coronavirus», a affirmé M. Bella dans une déclaration à la MAP.
S’agissant des demandes de rapatriement au Maroc des corps de personnes décédées de manière naturelle, M. Bella a relevé «que depuis que cette problématique a été soulevée, qui est de surcroît une question humanitaire dont nous mesurons les dimensions spirituelle et personnelle, l’ambassade et les consulats généraux n’ont eu de cesse d’explorer toutes les voies et tous les moyens à même de garantir le transfert des corps. Toutefois, à l’heure actuelle et dans les circonstances exceptionnelles que connaît l’Italie et le monde entier en vue de freiner la propagation de la pandémie du coronavirus, il s’avère impossible, aussi bien pour l’ambassade que pour les consulats généraux en Italie, de satisfaire le souhait des familles des personnes décédées en ce qui concerne le rapatriement des corps vers le Royaume, les vols étant désormais suspendus à l’international, de même que les frontières terrestres et aériennes du Royaume sont fermées».
«C’est donc un problème qui concerne non seulement l’Italie, mais les communautés marocaines et islamiques dans le monde entier», a fait observer l’ambassadeur qui dit «comprendre la douleur et le chagrin des familles des défunts, ainsi que leur souhait d’enterrer leurs proches dans la mère patrie, qui traduit, au demeurant, leur profond attachement à leur pays».
Toutefois, a fait remarquer M. Bella avec regret, «il est impossible dans les circonstances exceptionnelles actuelles au niveau international de réaliser ce souhait». En conséquence, il a invité ces familles «à enterrer leurs proches dans les cimetières islamiques en Italie, en tant que seule alternative disponible jusqu’à présent», ce qui «n’empêche pas, une fois que les choses reviennent à leur état normal, l’exhumation et le rapatriement des corps, si les familles le souhaitent». «C’est la seule alternative dans ces circonstances, mieux que de laisser les corps dans les morgues, ce qui est incompatible avec nos valeurs sociales et religieuses», a-t-il enchaîné. source et suite de l’article : le matin.ma