France : Deux groupes de musulmans de Nantes se disputent le droit d’inhumer un anonyme

La morgue du CHU de Nantes conserve depuis plus d’un mois le corps d’un sans-papier non identifié. Pour lui offrir des funérailles conformes aux préceptes de l’Islam, la communauté musulmane se mobilise mais se divise.

Maintenant qu’il est mort, le sort de ce sans-papier, vraisemblablement SDF, suscite l’intérêt. On ne lui connaît aucun parent, aucun proche. Il est décédé le 8 août dernier au CHU de Nantes. Seul. Lors de son admission, il s’est simplement présenté sous le nom de Mourad Messbahi, né en 1972, de nationalité algérienne. Personne n’est encore parvenu à vérifier la véracité de ces déclarations.

Trop de générosité tue la générosité

Près de deux semaines se sont écoulées depuis le décès lorsque la communauté musulmane a connaissance de l’existence de cet inconnu défunt. Deux initiatives se lancent alors simultanément. Un groupe de musulmans d’origine algérienne recueille des fonds dans le quartier de Malakoff et les remet aux Pompes funèbres musulmanes de Nantes. De son côté, Nourredine Cherkaoui, un aumônier musulman qui intervient au CHU organise une collecte et sollicite les Pompes funèbres générales. L’objectif des deux cagnottes est le même : éviter que le défunt ne soit inhumé dans le carré des indigents et lui offrir des funérailles dans le respect du rite musulman. Les priorités en revanche ne sont pas partagées. L’aumônier souhaite que le Consul d’Algérie recherche la famille de l’inconnu en vue de rapatrier le corps tandis que le groupe d’habitants de Malakoff se dit prêt à organiser les funérailles dès le 25 août, quitte à exhumer les restes du défunt si jamais des parents se signalaient. C’est déjà arrivé l’an passé. Face à l’imbroglio, la mairie de Nantes se tourne vers la Justice.  Suite de l’article sur www.francebleu.fr

À propos de anubisgroup

Fondateur du groupe Anubis, j'en suis également le dirigeant depuis sa création en 1995. Anubis est devenu la référence dans le domaine du funéraire international. Lorsqu'un décès survient, nous sommes là pour vous assister ! Il ne s'agit pas d'un slogan mais d'une réalité.